Aide et soins à un proche

Les proches aidants accomplissent chaque jour un travail considérable. Nous avons regroupé ici pour vous les éléments essentiels à prendre en compte dans le cadre de la prise en charge à domicile.

Soigner un proche à domicile

Lorsqu’un proche commence à avoir besoin d’aide ou de soins, une multitude de questions peuvent se poser:

  • Aimerais-je et puis-je assurer moi-même la prise en charge de cette personne? Quelles sont les autres possibilités?
  • Qui peut me relayer dans ma fonction d’aidant et où puis-je trouver du soutien?
  • Qu’est-ce qui va changer pour moi? Dois-je réorganiser totalement ma vie?
  • Puis-je continuer à travailler? Si c’est impossible, quelles sont les conséquences?
  • Quel est l’impact de cette nouvelle tâche sur ma vie privée, ma famille, etc.?
  • Qui assume les frais que cela entraîne?

Pour commencer, s’occuper d’un proche ne va pas de soi. Rien ne vous oblige à assumer vous-même la prise en charge. Prenez le temps d’examiner la nouvelle situation. Discutez-en avec votre famille pour savoir si vous vous sentez en mesure d’assumer ce rôle et pour déterminer comment vous aimeriez répartir les tâches. Un entretien avec un professionnel, par exemple votre médecin ou une assistante sociale, vous aidera à évaluer la situation de manière réaliste.

Il est très important de prendre votre décision en connaissance de cause. Cela permet à toutes les personnes concernées de mieux s’adapter à la nouvelle situation.

Prise en charge à domicile: ce qu’il faut savoir

Planifiez avec soin la prise en charge et les soins à domicile

Prendre soin d’un proche est souvent difficile à planifier et entraîne des changements durables. Discuter avec un professionnel ou avec des amis confrontés à des situations analogues vous aidera à évaluer de manière réaliste la charge que cela représente.

Vous ne voulez pas imposer à vos enfants des tâches liées à la prise en charge d’une personne dépendante. Vous avez la conviction de pouvoir tout assumer seul.

Mais vos forces ne sont pas inépuisables: impliquez votre entourage dans la planification des soins. Discutez ensemble afin de déterminer qui est disposé à assumer telle ou telle tâche. La voisine peut-elle se charger des courses hebdomadaires? Le frère peut-il vous relayer pendant les vacances?

Etablissez un planning dans lequel chacun notera ses disponibilités. Vous pourrez ainsi mieux prévoir les choses et solliciter de l’aide même au pied levé.

Au début, la prise en charge de votre proche ne vous a pas posé problème. Cependant, avec le temps, vous êtes plus souvent irritable et fatigué. Vous avez de plus en plus de mal à assumer cette responsabilité permanente.

Dès le départ, prévoyez de faire régulièrement un point sur la situation pour vous poser les questions suivantes:

  • La situation me convient-elle toujours? Comment est-ce que je me sens?
  • L’état de santé de la personne dépendante a-t-il évolué? Ai-je besoin de davantage de soutien et de relève?

N’oubliez pas que rien ne vous oblige à vous occuper vous-même de votre proche. Discutez de votre charge et de vos besoins avec votre famille ou avec un professionnel. Recherchez ensemble une solution satisfaisante: sollicitez davantage de soutien professionnel ou répartissez différemment les tâches.

Vous ne saviez pas comment faire pour aider quelqu’un à prendre sa douche et avez dû le découvrir par vous-même. Cela aurait été plus facile si vous aviez bénéficié de conseils.

Prendre en charge une personne n’est pas si simple. Après tout, ce n’est pas votre métier. Demandez conseil, suivez des conférences ou des cours sur le thème de l’aide et des soins à domicile.

Que faire si votre mère tombe de son lit pendant la nuit et n’arrive plus à se relever seule?

Les moyens auxiliaires permettent d’assurer la sécurité des personnes, facilitant considérablement la tâche des proches aidants. Certains équipements tels qu’un monte-escalier ou un siège de douche, par exemple, les soulagent physiquement, tandis que d’autres leur offrent un sommeil plus serein, comme les systèmes d’appel d’urgence.

Consultez les brochures d’information sur les moyens auxiliaires, disponibles chez votre médecin, auprès de Pro Senectute ou encore dans les magasins spécialisés. C’est toujours un bon calcul!

En réalité, Anna est encore capable d’enfiler ses collants toute seule. Mais cela prend un certain temps… Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant que vous perdiez parfois patience et le fassiez à sa place.

Préservez l’autonomie de votre proche, même si vous devez pour cela déployer des trésors de patience. Il s’agit là d’un élément important pour l’amour-propre des personnes dépendantes.

Trouver un équilibre grâce à la relève

«Longtemps, je me suis occupé 24 h/24 de ma femme, atteinte de démence. Mais la charge est devenue trop lourde pour moi. Je m’en voulais, car je désire être là pour elle. Grâce au service de relève, nous allons tous les deux mieux. J’ai du temps pour moi et je sais mon épouse entre de bonnes mains.»

Ménagez vos efforts

Se sentir responsable en permanence et prendre soin d’un être cher est fatigant. Beaucoup de proches aidants mettent de côté leurs propres besoins afin d’être disponibles à tout moment pour la personne dépendante.

Mais n’oubliez pas que vous êtes mis à rude épreuve tant moralement que physiquement. Il est donc plus que nécessaire de ne pas perdre de vue vos propres envies.

N’ayez pas peur d’aborder ce sujet avec une personne de confiance. Au bout du compte, toutes les personnes concernées y gagneront si vous savez gérer vos contraintes avec transparence.

Quand vous étiez enfant, votre mère s’est toujours occupée de tout. Plus tard, elle a continué d’être là pour vous. Aujourd’hui, c’est elle qui a besoin de votre aide.

Cette inversion des rôles n’est facile ni pour vous, ni pour elle. Discutez ensemble de la nouvelle situation et de vos sentiments respectifs. En parlant librement de tout cela, vous comprendrez mieux certaines réactions de frustration, attitudes inhabituelles ou nouvelles tendances qui apparaissent chez vous comme chez elle. Vos relations s’en trouveront facilitées.

Vous ne discutez presque plus avec la personne dont vous vous occupez. Toutes vos tâches vous accaparent beaucoup trop.

Il est vrai que vous avez endossé un nouveau rôle. Mais l’aide et les soins que vous apportez ne doivent pas vous faire oublier qui vous avez en face de vous. Prenez donc le temps de passer de bons moments avec la personne que vous aidez, par exemple en faisant la lecture ensemble, en discutant de l’actualité ou en observant les oiseaux dans le jardin.

Les discussions au sein d’un groupe d’entraide peuvent vous être d’un grand secours. Cela fait du bien de se préoccuper parfois aussi de ce que l’on ressent.

Au sein des groupes d’entraide ou lors d’un entretien avec un professionnel, votre bien-être est au centre de l’attention. Parlez de vos frustrations et de vos joies au quotidien. Partagez vos expériences avec d’autres proches aidants et recherchez ensemble des solutions.

Changer d’air peut faire des miracles. C’est pourquoi vous attendez chaque semaine avec impatience votre répétition de chorale du mercredi soir, et le moment convivial qui suit.

Ménagez-vous du temps pour vos loisirs et vos centres d’intérêt. Voyez des amis, faites de la peinture ou allez au cinéma: l’important est que vous profitiez de votre temps libre. Durant ces moments, confiez la prise en charge de votre proche à un ami, un membre de la famille ou un service de relève professionnel, afin d’avoir la conscience tranquille.

De la même façon, prenez régulièrement des vacances. Pendant ces périodes, prévoyez une solution de remplacement pour l’aide à domicile ou réservez une place temporaire dans un EMS. Grâce à une description précise du déroulement des soins, la prise en charge fonctionnera sans aucun problème en votre absence.

Mener de front l’aide à un proche et votre travail devient trop difficile à assumer pour vous. Vous pensez pourtant qu’il doit être possible de concilier les deux: après tout, beaucoup de gens y arrivent.

Se faire aider n’est pas une honte. Bien souvent, les signes de surmenage sont détectés trop tard. Le fait de s’occuper d’une personne malade peut ainsi générer des angoisses dont il est difficile de se débarrasser. L’agressivité, qui se manifeste par exemple par une irritabilité constante ou par des colères plus fréquentes que d’habitude, est également un signe de fatigue psychique. Les effets sur la santé s’expriment aussi de diverses autres manières, notamment par des douleurs ou des troubles du sommeil.

Si vous ressentez de tels symptômes de surmenage, sollicitez une aide extérieure et demandez conseil.

Réglez à l’avance les questions financières et juridiques

Penchez-vous sur les aspects financiers et juridiques de l’aide et des soins à domicile. Cela semble peut-être fastidieux, mais il s’agit d’une sécurité importante pour l’avenir.

Vous pouvez bénéficier des financements suivants:

Renseignez-vous le plus tôt possible sur les prestations couvertes par l’assurance de la personne aidée. Le plus simple est de consulter directement la caisse-maladie concernée.

L’allocation pour impotent est destinée aux personnes tributaires de l’aide d’autrui pour les actes ordinaires de la vie, tels que s’habiller ou faire sa toilette. Les personnes nécessitant une aide permanente ont également droit à l’allocation pour impotent. Les conditions suivantes doivent être remplies:

  • Attestation de l’impotence par un médecin
  • Impotence constatée depuis au moins un an et qui perdure
  • Dépôt d’une demande d’allocation pour impotent auprès de la caisse de compensation

Vous trouverez la demande pour l‘allocation pour impotent ici.

En tant que proche aidant, vous avez droit sous certaines conditions, lors du calcul de votre rente, à des bonifications AVS pour tâches d’assistance. Les pertes survenues pendant la prise en charge de vos proches sont ainsi couvertes auprès des assurances sociales.

Vous devez pour cela remplir les conditions suivantes:

  • Vous êtes encore en âge de travailler et prenez soin de parents proches.
  • Vous passez la majeure partie de votre temps dans le même foyer que la personne dépendante.
  • La personne dépendante reçoit une allocation pour impotence moyenne ou grave.
  • Vous déclarez chaque année votre droit aux bonifications pour tâches d’assistance auprès de la caisse de compensation.

Le contrat d’accueil et de soins vous permet de clarifier les questions juridiques, ce qui est notamment important au sein de la famille. Il définit:

  • les soins requis,
  • les conditions de l’accueil,
  • les limites de votre responsabilité en tant que proche aidant,
  • votre indemnisation.

Nous avons regroupé ici pour vous davantage d’informations sur le contrat d’accueil et de soins:

Anticipez et prenez toutes les précautions importantes en cas d’événement grave. Votre dossier DOCUPASS vous permet de vous préparer aux situations difficiles et de régler tous les points essentiels. Le dossier contient les éléments suivants:

  • Directives anticipées
  • Mandat pour cause d’inaptitude
  • Dispositions de fin de vie
  • Testament
  • Carte de dispositions personnelles

Retrouvez ici toutes les informations détaillées concernant DOCUPASS.

Nos assistants sociaux répondent volontiers à vos questions dans le cadre d’une consultation personnelle.

Prendre rendez-vous