Domaines spécialisés

L’année passé également, les 1600 collaborateurs/trices et 18400 bénévoles des différents domaines spécialisés de Pro Senectute ont conseillé, suivi, accompagné, soutenu, formé et fait bouger plus de 700 000 clientes et clients.

Aide financière individuelle

Retrouver l'autonomie

Une aide financière individuelle peut être versée lor-qu’un rentier AVS ne peut plus se permettredes dépenses nécessaires urgentes et ne reçoit pas d’aide de l’assurance sociale. Elle est financée par l’VS. Pro Senectute se prononce sur les demandes reçues sur mandat de la Confédération.

Pro Senectute canton de Schwyz nous a parlé du cas de Monsieur M. qui est atteint d'une perte auditive importante. 

Pour Walter Mächler, qui vit seul et sans pouvoir compter sur l’aide de sa famille, Pro Senectute canton de Schwyz constitue depuis longtemps un pré-cieux soutien.

Afin de pouvoir mener la vie la plus autonome possible malgré son importante perte auditive, ce retraité a déposé en 2018 une demande d’aide financièreindividuelle avec le concours de son assistante sociale. Dans un premier temps, la demande portait sur une participation à l’achat de nouveaux appareils auditifs. Ces appareils lui permettentau moins de mener une conversation avec une ou deux personnes ou d’aller faire lui-même ses courses. La perte auditive très prononcée de Walter Mächler l’empêche toute-fois de communiquer par téléphone, même avec des appareils auditifs.

Il est donc apparu clairement qu’un ordinateur constituerait un outil précieux pour M. Mächler, pour lui permettre par exemple de fixer des dates pour ses rendez-vous médicaux. Le septuagénaire aurait souhaité suivre un cours d’informatique. Or, son problème d’ouïe rendait impossible sa participation à un cours collectif. Par conséquent, Pro Senectute canton de Schwyz a soutenu Walter Mächler dans un deuxième temps pour le financement d’un ordinateur etl’organisation de leçons individuelles à domicile.

Désormais, il est à l’aise et autonome au quotidien grâce à ses appareils auditifs et à son ordinateur, peut de nouveau communiquer et participer à une discussion.

Consultation sociale

Expliquer le mandat pour cause d’inaptitude

Le départ à la retraite implique de nombreux changements. S’y préparer à temps permet d’aborder cette étape en toute sérénité.

Quatre ou cinq fois par année, l’Union patronale bâloise organise des séminaires de préparation à la retraite destinés aux employés des entreprises affiliées. 
En 2018, Pro Senectute beider Basel a fait bénéficier les participants de son expérience pratique des mandats pour cause d’inaptitude, au travers d’exposés.

Le passage de la vie active à la retraite s’accompagne de réflexions dans différents domaines : prévoyance financière et en matière de santé, uccession, logement, organisation du temps libre, etc. Les participants à ces séminaires de deux jours sont des personnes de 55 ans et plus qui réfléchissentà leur future retraite. Outre l’organisation du temps libre et la santé, les séminaires s’intéressent également aux questions juridiques. Les présentations associent théorie et pratique.

Ces exposés ont permis à Pro Senectute beider Basel d’attirer l’attentiond’un public encore relativement jeune sur ses prestations de conseil et sur le mandat pour cause d’inaptitude. À la fin de la présentation, les participants ont eu l’occasion de poser leurs questions.

Voici des exemples de questions auxquelles Michael Hensel, responsable de la consultation sociale chez Pro Senectute beider Basel, a répondu : « Pourquoi ai-je besoin d’un mandat pour cause d’inaptitude alors que je suis marié ? » ou « Pourquoi ai-je besoin d’une carte de dispositions personnelles alors que j’ai donné une procuration à mes enfants ? ». Les participants ont également posé de nombreuses questions sur l’incapacité de discernement et l’APEA. La protection de l’adulte suscite un intérêt vif et croissant. Les personnes plus jeunes également se penchent de plus en plus sur les dispositions personnelles.

Les nombreuses questions illustrent non seulement l’intérêt porté au mandat pour cause d’inaptitude, mais également les réserves à l’encontre du thème « Protection de l’adulte » et du travail des autorités de protection de l’enfant et de l’adulte en général. « Ces présentations nous permettentde dissiper les incertitudes et les malentendus et de contribuer à une perception générale positive de la thématique », explique Michael Hensel.

Services

À table ensemble

Avec l’âge, le risque de maladies chroniques et de fragilité augmente. Les personnes concernées n’osent presque plus sortir seules de chez elles. Vient alors l’isolement.

Né d’une analyse des besoins réalisée par Pro Senectute, le service « À table ensemble » s’adresse aux seniors les plus vulnérables et rencontre un grand succès.

À partir de 11h30, les premiers seniors s’asseyent aux tables décorées avec soin de la salle commu-nale moderne du Châble (VS). « À table ensemble » s’adresse aux personnes particulièrement vulné-rables de 65 ans et plus.

Un tiers environ des retraités, et même la moitié des 80 ans et plus, chutent au moins une fois par année. Conséquence pour beaucoup d’entre eux, la peur de tomber les poursuit en permanence. D’autres per-sonnes ne parviennent plus à sortir de chez elles sans aide en raison de douleurs chroniques. Elles se re-tirent de la vie sociale et abandonnent toute activité. En corollaire, les personnes âgées se sentent souvent seules, voire déprimées, et courent un risque plus élevé de chuter en raison du manque d’exercice.

C’est à partir de ce constat qu’a été lancé « À table ensemble », un projet réalisé conjointement par Pro Senectute Valais, la commune de Bagnes, la paroisse de Bagnes-Vollèges et une association locale de bé-névoles. « Nous voulons permettre aux personnesâgées de vivre la dernière étape de leur vie dans la di-gnité. Avec ‹ À table ensemble ›, les seniors nouent des contacts et retrouvent de la joie de vivre. » Orga-nisés cinq fois par an, ces dîners attirent en moyenne 90 participants.

Nathalie Humbert, de Pro Senectute Valais, donne des précisions : « Nous nous occupons de la question du transport. En outre, nous téléphonons brièvement aux seniors peu avant les rencontres pour les leur rap-peler. Nombre d’entre eux ont entre 80 et 90 ans. En-core récemment, nous avions même une participante régulière âgée de 100 ans. À cet âge, il est normal d’oublier parfois un rendez-vous. » 

Les repas sont préparés en alternance par plusieurs restaurants locaux avec service traiteur, ce qui ga-rantit la variété. Des chanteurs, des chœurs et des musiciens de la région viennent apporter une touche musicale. Les participants poussent alors naturelle-ment la chansonnette, igolent ensemble et oublient la solitude.

Il est évident que les CHF 20.– demandés à chaque participant ne couvrent pas les coûts : « À table en-semble » n’est possible que grâce à ses bénévoles motivés, à des soutiens financiers ainsi qu’à son c-mité d’organisation composé de sept membres qui s’investissent corps et âme.

Travail social communautaire

Des principes directeurs sur mesure

La génération des 60 ans et plus a des besoins spécifiques et des projets de vie vaiés. On observe notamment des changements dans les types de logement. 

Ces dernières années, les questions liées à  la vieillesse ont gagné en importance au niveau des communes, qui peuvent compter sur le soutien  de Pro Senectute.

Les communes s’adressent aux organisations de Pro Senectute entre autres pour l’élaboration de principes directeurs et de projets liés à la vieillesse et pour les processus de politique de la vieillesse. On constate que les problématiques sont de plus en plus spécifiques et individuelles.

Roland Guntern, responsable du travail social communautaire chez Pro Senectute Argovie, y voit une évolution considérable d’un point de vue social et économique : « L’idée de départ est souvent la même : mettre en place des condiions-cadres pour que les se-niors puissent vivre le plus longtemps possible de ma-nière autonome à la maison. »

L’élaboration d’offrescomplètes et adaptées aux besoins peut s’effectueruniquement de façon individuelle et participative. Elle nécessite une mise en lien consensuelle des milieux politique, législatif et financier ainsi que des besoins de l’individu et de lasociété. Cette démarche, adoptée par la commune de Bad Zurzach, exige de la patience de la part de tous les acteurs.

En 2011 déjà, Pro Senectute Argovie a élaboré avec la commune des principes directeurs sur la vieillesse sur mesure : les habitants, les organisations actives dans le domaine de la vieillesse, les fondations, les églises, les résidences et les établissements de soins ont été intégrés dans la démarche. En 2018, les principes directeurs ont été remaniés et étendus.

Ce processus a permis de passer en revue les projets réalisés et les mesures prises. Dans la première ver-sion des principes directeurs, Pro Senectute Argovie a prodigué des recommandations, dont ont découlé des mesures concrètes en collaboration avec les or-ganisations concernées. Par exemple, la construction d’une maison intergénérationnelle, la suppression d’obstacles dans l’espace public et la mise en place d’un organe pour les personnes âgées. Ces trois mesures ont pu être mises en œuvre.« 

Le développement de principes directeurs perti-nents nécessite la participation de chacun », conclut Roland Guntern.

Sport et mouvement

DomiGym 

Plus fragiles, de nombreux seniors se retrouvent exclus de diverses offres de gymnastique et autres offres d’activité physique. Plusieurs organisations de Pro Senectute remédient à cette situation avec le programme d’entraînement à domicile DomiGym.

Les seniors souhaitent rester autonomes le plus longtemps possible. La force, la mobilité et l’équilibre constituent des conditions importantes pour un quotidien sans souci, aussi bien à la maison qu’à l’extérieur. Un entraînement ciblé de la musculature des jambes et du tronc ainsi que de l’équilibre permet notamment d’éviter les chutes.

L’offre DomiGym va dans ce sens. Le pincipe est le suivant : un professionnel du domaine entraîne les personnes âgées chez elles, en général une fois par semaine. « Nous adaptons le contenu de l’entraînement aux besoins et aux possibilités des partici-pants », explique Mirjam Gieger, responsable de la promotion de la santé et de la prévention chez Pro  Senectute canton de Zoug.

Le programme, d’environ 45 minutes, améliore la coordination et la sensation corporelle. L’entraî-nement se déroule dans le salon avec du matériel, comme des balles ou des bandes de fitness. Desexercices entraînant la montée des marches ou une promenade dans la nature sont également possibles.

De plus, les entraînements permettent de nouerdes contacts. C’est aussi parfois l’occasion de trou-ver des solutions pour des personnes âgées qui ne sont plus en mesure de gérer elles-mêmes les tâches du quotidien. Pour obtenir des résultats sur le long terme, l’objectif est que les seniors pratiquent leur programme quotidiennement. C’est pourquoi il est important que les exercices soient clairs et bien  expliqués et que la bonne humeur soit de la partie. Les moniteurs, bénévoles, mettent tout en œuvrepour atteindre ces objectifs.

Ces dernières années, Pro Senectute Arc Jurassien et Pro Senectute canton de Zoug ont construit une offre DomiGym à grande échelle. Les organisationsPro Senectute canton de Zurich, Fribourg, canton de Soleure et canton de Genève proposent  aussi aux  seniors des programmes d’entraînement à  domicile. À l’avenir, l’offredevrait être étendue à l’échelle nationale.

Formation et culture

L’été dernier, Pro Senectute Bienne et Pro Senectute canton de Berne ont lancé une invitation à passer une belle journée sur les rives du lac de Thoune. Outre la vue à couper le souffle sur le lac et les montagnes (Eiger, Mönch et Jungfrau), un programme passionnant attendait les heureux participants

L’objectif de la journée était de pallier à la solitude des personnes âgées et donc de leur permettre derencontrer des partenaires de loisirs, de tisser des amitiés et pourquoi pas de trouver l’amour.

Le cadre pittoresquedu Parkhotel Gunten sur les rives du lac de Thoune constituait un lieu idéal pour organiser cette rencontre. Comme dit le dicton, « quicherche trouve » ! Ce rendez-vous dans l’Oberland bernois a donné l’occasion aux amateurs d’activités physiques, de nature, de cuisine, de culture ainsi qu’à toutes les autres personnes intéressées de discuter à deux ou en petits groupes de toutes sortes de sujets. Au sein du magnifiqueparc de l’hôtel, les seniors ont ainsi pu passer d’un « poste » à l’autre pour bavar-der. Une belle occasion d’évoquer leurs voyages, leur situation de logement, leurs loisirs et leurs souhaits par rapport à la vie. La manifestation était délicieuse-ment complétée par un apéritif dînatoire. « 

L’événement au bord du lac de Thoune a eu davantage de succès auprès de la gent féminine. Les participantes ont d’ailleurs été nombreuses à exprimer le souhait de rencontrer un homme », rapporte  Pascale Wettenschwiler,responsable de la formation, du sport et du bénévolat chez Pro Senectute Biel/Bienne-Seeland.

À l’avenir, Pro Senectute canton de Berne et Pro  Senectute Bienne tiendront compte de ce souhait. En automne 2019, un événement similaire sera organi-sé avec Pro  Senectute Arc Jurassien sur les rives du lac de Bienne pour toucher un plus grand public. Il aura lieu à La Neuveville, en allemand et en français. Il ne reste plus qu’à convaincre davantage de messieurs à participer.

Bibliothèque

Le nouveau site de la bibliothèque de Pro Senectute est paré pour l’avenir. Il permet aux professionnels, aux personnes âgées et à leurs proches d’accéder facilement et rapidement aux références recherchées. Sa structure claire en fait une véritable plateforme de connaissances multimédias sur le thème de la vieillesse. Ergonomique, la navigation sur le site invite à découvrir des nouveautés.

« Actualité »
Cette rubique comprend différentes sous- rubriques, dont « Publications récentes » et « Critiques et coups de cœur ». La sous-rubrique « Pleins feux » aborde des thèmes actuels. « Géronto-newsflas » présente les dernières nouveautés en matière de gérontologie. Enfin, la sous-rubique « Événements » annonce les événements organisés par la bibliothèque. Notons encore l’espace d’inscription au bulletin d’informa-tion et les bulletins archivés. 

« Découvrir »
Douze dossiers thématiques sur la vieillesse et le vieillis-sement mettent à la disposition des lecteurs différen médias, magazines, articles et coordonnées de contact. En quelques clics, on peut par exemple trouver des film et des livres d’enfants sur le thème de la fin de vie

« Rechercher »
Si besoin est, des instructions de recherche ciblée dans le catalogue en ligne et la plateforme de livres numériques sont disponibles. 

« Services »
Cette rubique permet de confier des mandats derecherche ou de commander des tables d’ouvrages. La bibliothèque peut également envoyer les com-mandes directement à la maison. En outre, elle offrela possibilité d’organiser un entretien de conseil indi-viduel, de louer des locaux et d’utiliser des postes de travail pour étudier ou travailler dans le calme.

« Utiliser »
Cetterubrique renseigne sur l’utilisation de l’offrede la bibliothèque, le mode d’inscription ainsi que la commande et l’emprunt de  documents.

 

Zeitlupe

Le magazine Zeitlupe a fait peau neuve en avril 2017. Il était donc temps de sonder le lectorat. Un sondage représentatif a ainsi permis de faire ressortir le profil type des lecteurs de Zeitlupe, les thèmes qui les intéressent le plus et ce que les résultats induisent pour l’avenir du magazine.

Le sondage montre clairement le profil type des leteurs de Zeitlupe : quatre lecteurs sur cinq sont des femmes, dont la moitié sont âgées de plus de 70 ans et sont plutôt actives que casanières. Environ un tiers des lecteurs est composé de personnes âgées de 80 ans et plus.

La préférence des abonnés va aux articles décrivant des rencontres, à la rubrique sur le passé de la dernière page, aux interviews de personnalités, aux thèmes liés à la santé et au bien-être et aux articles sur l’alimentation. La page consacrée aux jeux est également appréciée et est considérée comme enrichissante en matière de culture générale. Bien qu’un peu moins populaires, les articles concernant l’informatique/Internet, la religion/psychologie, le logement/mode de vie et le jardinage sont aussi lus avec plaisir.

Il est réjouissant de constater que Pro Senectute est connue de presque tous les lecteurs. Plus des deux tiers d’entre eux ont déjà utilisé des services de Pro Senectute.

Le magazine Zeitlupe est aussi intéressant pour les annonceurs. La plupart des annonces sont remarquées par les lecteurs. Au vu des retours des  lecteurs, l’équipe de Zeitlupe est satisfaite d’avoir pris la bonne décision en adoptant une police de caractères plus grande et en adaptant le contenu plus particulièrement aux personnes âgées.

Il ressort par ailleurs que plus de 90% des lecteurs trouvent le prix de l’abonnement annuel (CHF 45.00) très raisonnable.

Le magazine Zeitlupe bénéficie d’un lectorat fidèle. En effet, plus de la moitié des lecteurs est abonnéedepuis plus de cinq ans et recommanderait le maga-zine sans hésiter.

Son plus sérieux concurrent est le magazine Schweizer Familie. Plus de la moitié des lecteurs de Zeitlupe le feuillettent régulièrement

Zeitlupe doit prendre en considération le fait que, bien que plus de la moitié des lecteurs utilisent Internet presque quotidiennement, ils ne se rendent que rarement, voire jamais, sur le site Zeitlupe.ch. La refonte de sa présence sur le web constitue donc un objectif important.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre domaines spécialisés? Notre Service médias se tient à votre disposition.

Contactez-nous!