Agile, puis fragile

La plupart des seniors suisses vivent dans leur propre logement. L’étude «Agile, puis fragile», réalisée par l'école supérieure de travail social de la FNHW sur mandat de Pro Senectute, se penche sur leurs conditions.
Werner Schärer, directeur de Pro Senectute
Werner Schärer, directeur de Pro Senectute

«Aujourd’hui, il n’existe pas d’offre standardisée en matière d’aide à domicile et le financement est insuffisant. Afin de pouvoir assister toutes ces personnes de manière adaptée, il faut élargir le dispositif et trouver des moyens supplémentaires.»

Agiles ou fragiles, les personnes âgées vivent de plus en plus chez elles

Le passage du «troisième» âge, actif et autonome, au «quatrième» âge, marqué par la fragilité, expose les personnes âgées à des situations difficiles. Elles dépendent de plus en plus de l’aide à domicile et des soins à mesure que leurs ressources diminuent. Et pourtant, environ 90% des seniors suisses vivent aujourd’hui chez eux. Un chiffre qui, selon l’étude, devrait rester stable jusqu’à 2030 malgré la croissance démographique de la population âgée.

Ce constat réjouissant a cependant un revers. Ainsi, les spécialistes estiment que les coûts de l’aide à domicile et des soins devraient passer de CHF 7,5 milliards à CHF 10,5 milliards au cours des 15 prochaines années.

Vous désirez en savoir plus sur l’étude «Agile, puis fragile»? Téléchargez-la ici.

Télécharger l’étude