Newsroom

Nous utilisons divers canaux pour communiquer sur des thèmes liés à la vieillesse et sur notre organisation. Communiqués de presse, prises de position, publications, réseaux sociaux: retrouvez toutes nos actualités dans notre newsroom.

Communiqués de presse actuels

Retrouvez nos derniers communiqués de presse ici.

Lors de sa séance de novembre, le conseil de fondation de Pro Senectute Suisse a élu Alain Huber comme nouveau directeur. Il était jusqu’ici responsable des thèmes spécialisés, Secrétaire romand et membre de la direction depuis plus de dix ans.

Ursula Koch, directrice de Pro Senectute Suisse, a décidé pour des raisons personnelles de quitter Pro Senectute à la fin de sa période d’essai. Le conseil de fondation et les collaboratrices et collaborateurs de Pro Senectute Suisse le regrettent et la remercient pour son grand engagement. Pendant cette brève période, Madame Koch a engagé de nombreuses mesures importantes et, en collaboration avec la direction et le conseil de fondation, posé les jalons pour un avenir qui se veut couronné de succès pour Pro Senectute Suisse et l’ensemble de l’organisation.

Grâce à la longue expérience d’Alain Huber, et avec l’équipe de direction actuelle, une transition en douceur peut être assurée et les travaux en cours pourront être poursuivis comme prévu.
L’équipe de direction d’Alain Huber est composée d’Urs Bösch, membre de la direction (finances et informatique), et de Sonya Kuchen (domaines spécialisés) et Peter Burri Follath (marketing et communication), tous deux membres de la direction élargie.
Avec le concours des deux services « Affaires publiques » et « Développement de l’organisation et support », Alain Huber dispose d’une équipe qui sera à même de relever avec succès les tâches à venir.

Contact pour les médias 

Pro Senectute Suisse
Peter Burri Follath, responsable Communication et marketing

Téléphone : 044 283 89 43 ou 078 624 28 04
E-mail : medien@prosenectute.ch

On associe souvent la vieillesse à des stéréotypes basés sur des préjugés, ce qui mène à la discrimination. Lors du Symposium de gérontologie de Pro Senectute Suisse, des spécialistes en sociologie, en psychologie et en linguistique présentent des pistes et des outils permettant d’éviter les discriminations liées à l’âge.

À l’occasion du Symposium de gérontologie de cette année, organisé conjointement par Pro Senectute Suisse et la Haute école de travail social de Fribourg, 200 spécialistes se sont penchés sur la question de la discrimination envers les personnes âgées, pour savoir comment l’éviter, où se situe la recherche en la matière et comment mettre la théorie en pratique.

À Fribourg, les intervenants, aussi bien suisses qu’étrangers, ont montré quelles formes la discrimination liée à l’âge peut prendre et quelles conséquences elle peut avoir sur la santé et le bien-être des personnes concernées et de l’ensemble de la société. Les discussions en plénum se sont concentrées sur la recherche de solutions et d’outils à l’intention des professionnels du domaine de la vieillesse.

Prix Pro Senectute 2019

Une nouvelle fois cette année, le Prix Pro Senectute, qui récompense des travaux de recherche remarquables dans le domaine de la gérontologie appliquée, a été remis lors du symposium. Le Prix Pro Senectute est doté de CHF 15 000.-.

Les lauréat∙e∙s sont les suivants :

  • 1re place : Marc-Antoine Bornet pour son travail de doctorat Qualité de vie en réadaptation gériatrique : quels facteurs associés ?
  • 2e place : Fabrizio Collareda pour son travail de bachelor sur la prise en charge des patients LGBT âgés
  • 3e place : Jörg Oelschlägel pour son travail de master en gérontologie sur les groupes de vie dans les EMS

L’édition 2019 du symposium bilingue (D/F) a été organisée conjointement par Pro Senectute Suisse et la Haute école de travail social de Fribourg. Vous trouverez l’ensemble des présentations et des résumés sur www.prosenectute.ch/symposiumdegerontologie.

Contact pour les médias
Pro Senectute Suisse
Peter Burri Follath, responsable Communication et marketing

Téléphone : 044 283 89 43 ou 078 624 28 04
E-mail : medien@prosenectute.ch

Ces dernières années, le nombre de décès consécutifs à une chute a progressé. En l’espace de dix ans, il a bondi de plus de 40%. Les seniors sont particulièrement touchés. Un entraînement ciblé permettrait pourtant de réduire le risque de chute. C’est pourquoi le BPA et ses partenaires renforcent leur campagne «L’équilibre en marche». Ils ont créé un label de qualité décerné aux cours qui incluent des exercices ciblés de prévention des chutes.

Sur une période de dix ans (de 2007 à 2016), les accidents mortels consécutifs à une chute qui se sont produits dans l’habitat ou durant les loisirs (hors sport) ont augmenté de plus de 40%. En 2016, 1715 personnes en Suisse sont décédées des suites d’une chute, contre 1211 en 2007. Cette progression s’explique principalement par l’évolution démographique. En effet, les seniors sont particulièrement sujets aux chutes. 94% des accidents mortels consécutifs à une chute leur sont en moyenne imputables.

La moitié des personnes de plus de 60 ans déclare s’entraîner

De nombreuses études scientifiques l’attestent: un entraînement régulier de la force, de l’équilibre et des capacités cognitives permet de réduire le risque de chute. Selon le sondage 2018 du BPA auprès de la population suisse, une personne de plus de 60 ans sur deux déclare se soumettre à un entraînement régulier. Parmi elles, près de la moitié des hommes préfèrent s’entraîner à la maison. Les femmes, quant à elles, affectionnent tout particulièrement les cours en groupe (33%) ou une combinaison entre des cours en groupe et un entraînement à domicile (41%).

«Un entraînement régulier et ciblé, dirigé par une personne compétente, est toujours efficace s’il est bien dosé et personnalisé», souligne Barbara Pfenninger, experte du BPA en prévention des chutes. Il est conseillé aux personnes non entraînées de ne pas commencer à faire des exercices toutes seules à la maison. Selon Barbara Pfenninger, pour débuter, il est préférable de participer à un cours supervisé ou de se faire prescrire des séances de physiothérapie par un médecin. L’entraînement recommandé est constitué de trois unités hebdomadaires d’au moins 30 minutes chacune, effectuées en cours ou chez soi et comportant des exercices ciblés de force et d’équilibre.

Nouveau label de qualité pour les cours

Avec le vieillissement de la population, la hausse du nombre d’accidents consécutifs à une chute devrait se poursuivre. Aussi, le BPA, Pro Senectute Suisse et Promotion Santé Suisse ont décidé de renforcer leur campagne de prévention des chutes «L’équilibre en marche». Ils sont soutenus dans leur démarche par leurs partenaires techniques: physioswiss, la Ligue suisse contre le rhumatisme et l’Association Suisse des Ergothérapeutes (ASE). Ils ont créé un label de qualité décerné aux cours et autres offres qui incluent des exercices ciblés de prévention des chutes. L’attribution du label est réalisée sur la base de critères scientifiques.

Le site relooké equilibre-en-marche.ch répertorie plus de 1500 offres de cours. Pour trouver les cours proposés à proximité de chez soi, il suffit de saisir un code postal. Le site comporte également des programmes d’entraînement à domicile dans différents niveaux de difficulté.

 

Contact pour les médias

  • Service de presse du BPA, +41 31 390 21 21
  • Service de presse de Pro Senectute Suisse, +41 44 283 89 57
  • Service de presse de Promotion Santé Suisse, +41 31 350 04 04

 

Pro Senectute Suisse, en collaboration avec gfs-zürich, a cherché à savoir si la population de notre pays se sent discriminée en raison de l’âge. Le sondage représentatif réalisé a porté sur les thèmes suivants : accès aux informations, accès aux soins, recherche d’emploi, offres de loisirs, contacts entre générations et considération envers les personnes âgées dans l’espace public.

Selon les extrapolations, au cours des six derniers mois, c’est surtout dans le cadre de la recherche d’emploi et de l’accès aux soins que les personnes interrogées se sont senties désavantagées, à savoir respectivement 830 000 personnes (14%) et environ 766 000 (11%). La grande majorité des personnes interrogées ne s’estiment en revanche pas désavantagées dans l’offre de loisirs (92%) et ne se sentent pas limitées dans l’accès aux informations dont elles ont besoin (91%) et ce, en dépit de la digitalisation.

Si l’on examine de plus près les résultats dans les diverses catégories d’âges, le tableau est plus contrasté, en particulier pour les personnes à partir de 40 ans jusqu’au départ à la retraite. Dans cette tranche d’âge, une personne sur cinq, soit 535 000 personnes, s’estime désavantagée lors de la recherche d’un emploi. Pour Pro Senectute Suisse, ces chiffres sont alarmants. Un départ anticipé du monde du travail au cours des dix dernières années de vie professionnelle augmente le risque d’être touché par la pauvreté une fois à la retraite.

En ce qui concerne l’accès aux soins, plus de 180 000 personnes en âge AVS, soit plus d’une sur dix, se sentent désavantagées. Les coûts sont donnés en exemple. En outre, les personnes interrogées ne se sentent pas prises au sérieux lors du diagnostic, du traitement et de la réadaptation, ou s’estiment être privées de traitements en raison de leur âge.

Les personnes âgées se sentent mieux considérées qu’on ne l’imagine

Selon le sondage, la considération envers les personnes âgées dans l’espace public est bien présente. La grande majorité des personnes interrogées ne se sentent ni avantagées ni désavantagées dans leur quotidien. Plus elles sont âgées, plus elles ont l’impression de bénéficier d’égards dans l’espace public.

Pour Ursula Koch, nouvelle directrice de Pro Senectute Suisse depuis le 1er septembre 2019, les résultats du sondage mettent en évidence des éléments positifs et négatifs : « Chaque cas de discrimination est un cas de trop. Nous sommes quotidiennement en contact avec des personnes qui passent la dernière partie de leur vie dans des conditions indignes, une réalité invisible pour le public. Nous devons tout mettre en œuvre pour y remédier. » Parallèlement, elle voit comme un progrès le fait qu’une grande partie de la population âgée n’a pas l’impression d’être victime de discrimination au quotidien. « En tant qu’organisation œuvrant pour les personnes âgées, nous nous investissons pleinement dans ce sens. »

Contact pour les médias

Pro Senectute Suisse
Judith Bucher
044 283 89 57
E-Mail: 

À l’occasion de la Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, Pro Senectute et Alzheimer Suisse invitent aujourd’hui tous les amoureux du tricot à se munir d’aiguilles et de laine pour soutenir la deuxième édition de la campagne #perso – « Tricotons contre l’oubli ! ». L’an dernier, l’action avait permis de distribuer quelque 60 000 porte-gobelets tricotés à la main dans plus de 400 boulangeries-confiseries du pays, afin de sensibiliser la population à la problématique de la démence et à ses conséquences au quotidien. Le coup d’envoi de la deuxième campagne nationale de tricot a été donné aujourd’hui par plus de 60 amateurs et amatrices de tricot sur un bateau de la compagnie de navigation Untersee und Rhein spécialement réservé pour l’occasion.

L’an dernier, les virtuoses des aiguilles, jeunes et moins jeunes, ont exercé leurs talents dans des cercles dédiés, des cafés et des commerces de lainages, et partagé leurs créations décorées avec amour sur les réseaux sociaux. Mais les artistes de la maille à l’endroit et à l’envers n’ont pas été les seuls à participer à l’action. La clientèle des boulangeries-pâtisseries et le grand public ont également réservé un accueil positif à cette action de sensibilisation. Le coup d’envoi de la deuxième édition a été donné, l’objectif étant de tricoter le plus grand nombre possible de porte-gobelets afin d’envoyer un message fort. Les amateurs et amatrices de tricot lancent aujourd’hui même un premier signal éloquent via l’action qui se déroule sur le bateau prévu à cet effet.

Comment participer ?

Toutes les personnes intéressées peuvent dès maintenant se mettre à confectionner des porte-gobelets bariolés. Ces derniers seront collectés et étiquetés d’ici au 6 décembre et remis gratuitement le 22 janvier 2020 à l’achat d’un café à l’emporter, accompagnés de précieux conseils pour interagir avec les personnes concernées. Merci d’envoyer vos porte-gobelets tricotés à l’adresse suivante : GEWA, Abteilung Logistik, memo-info, Alpenstrasse 58, 3052 Zollikofen.

Le cercle des commerces participants s’est élargi cette année. Outre les boulangeries-pâtisseries, des kiosques, des cafés et des stations-service remettent également les porte-gobelets. Tous les commerces qui vendent des cafés à l’emporter sont cordialement invités à participer à l’action. Ils peuvent s’inscrire à l’adresse suivante : memo-info.ch/participer

Conseils pour un accompagnement adéquat au quotidien des personnes atteintes de démence

La Suisse compte quelque 155 000 personnes atteintes de démence, une maladie qui passe souvent inaperçue au quotidien. Selon les prévisions, ce chiffre doublera d’ici 2040. En lançant la campagne #perso, Pro Senectute et Alzheimer Suisse souhaitent sensibiliser la population à la réalité de la démence et à ses conséquences au quotidien et prodiguer des conseils pour interagir avec les personnes concernées, par exemple sur les aspects à prendre en compte lorsqu’on parle avec elles ou sur les bons réflexes à avoir face à une personne complètement désorientée.

Vous trouverez de plus amples informations sur la campagne et des instructions de tricot à l’adresse www.memo-info.ch/perso. Pour les événements de tricotage à venir et des photos du coup d’envoi de la campagne prévu aujourd’hui, voir sur Facebook @memoinfoch ainsi que sur Instagram, via le hashtag #perso.

Contact pour les médias

Pro Senectute Suisse
Judith Bucher
044 283 89 57 ou 079 458 39 49
E-Mail: 

Alzheimer Suisse
Evelyne Hug
058 058 80 40
E-Mail: 

Le Prix Chronos 2020, c’est une sélection de cinq livres jeunesse destinés aux ados âgés de 9 à 12 ans ainsi qu’aux seniors. Jeunes et moins jeunes vont les lire, seuls ou ensemble, puis ils se rencontreront pour en discuter et échanger leurs points de vue.

Ces cinq histoires parlent toutes des relations entre les générations. La vie d’hier et d’aujourd’hui abordée sous différents angles. Ce sont les histoires de:

  • Khadim, le jeune réfugié passionné de poésie dans : « Khadim le petit lord » de Gwladys Constant

  • Juliette et Flo, deux sœurs pleines d’imagination et d’ingéniosité qui vont surprendre leur grand-mère dans : « La fiesta de Mamie Pommerol » de Valentine Goby

  • Simon qui a mal car Simone, la grand-mère d’en face chez qui il était toujours fourré, est morte. Une rencontre va changer sa douleur en énigme dans : « L’arrêt du cœur » d’Agnès Debacker – illustrations Anaïs Brunet

  • Felix, en vacances chez sa grand-mère au Portugal. Il va découvrir d’autres manières de voir la vie, et aussi cette fille qui l’attire… mais qui l’énerve tout autant dans : « Moi et la fille qui pêchait des sardines »  d’Eva Kavian

  • la rencontre touchante entre Rom, un jeune garçon d’un milieu défavorisé, et un couple de personnes âgées qui l’accueille, l’écoute, le comprend, le temps des vacances en bord de mer dans : « Vue sur mer » de Jo Hoestlandt 

Après la lecture, chaque participant votera pour son ouvrage préféré, et l’auteur dont le livre aura reçu le plus de voix se verra remettre le Prix Chronos au printemps lors d’une cérémonie.

Les inscriptions pour cette édition du Prix Chronos sont ouvertes, les lectures dans les classes peuvent débuter. Seniors, enseignants, bibliothécaires, animateurs ou adolescents peuvent consulter la liste des livres en lice et s’inscrire via notre site www.prosenectute.ch/prixchronos-fr par courriel à  ou par téléphone au 021 925 70 15.

Contact pour les médias
Sylvie Fiaux
Coordinatrice Prix Chronos et médias
Tél. 021 925 70 15 / 079 764 95 98
E-mail : 

Fondation Pro Juventute
Monique Ryf, responsable Suisse romande
Tél. : 021 622 08 17
E-mail : 

 

La commission compétente du Conseil des États délibérera bientôt sur la motion intitulée « Prestations complémentaires pour les personnes âgées en logement protégé». CURAVIVA Suisse, senesuisse, Pro Senectute Suisse et Aide et soins à domicile Suisse approuvent expressément cette motion. Compte tenu de l’importance croissante des logements protégés, des règles claires garantissant sur tout le territoire des offres adaptées et leur financement sont nécessaires. À travers l’étude tout juste publiée « Habitat protégé en Suisse », les quatre organisations faîtières nationales apportent une contribution étayée au débat politique et à une mise en oeuvre tournée vers la pratique.

Outre les soins ambulatoires avec aide à domicile et les soins stationnaires avec assistance en établissement médico-social, l’« habitat protégé » revêt en tant que troisième forme intégrée d’habitat pour personnes âgées ou handicapées une importance croissante. La notion d’« habitat protégé » reste cependant mal définie. Le débat relatif à la mise en oeuvre optimale de ce type d’habitat est rendu difficile par l’absence de lois, par les grandes différences régionales en termes d’offres et par la confusion qui règne autour de son financement. La motion intitulée « Prestations complémentaires pour les personnes âgées en logement protégé » (18.3716) vise à remédier à cette situation et à faire aussi financer ce type d’habitat par les prestations complémentaires. Elle a été adoptée par le Conseil national lors de sa session de printemps 2019 et sera examinée bientôt par la commission homologue compétente du Conseil des États (CSSS-CE). CURAVIVA Suisse, senesuisse, Pro Senectute Suisse et Aide et soins à domicile Suisse approuvent expressément la motion, tout comme l’adaptation subséquente de la loi.


Une nouvelle étude expose un modèle pour adapter les standards en matière d’offres aux besoins des personnes concernées
La motion 18.3716 demande entre autres que la loi prévoie une offre axée sur les besoins. L’étude tout juste publiée « Habitat protégé en Suisse : les fondements d’un modèle » que Nursing Science & Care a réalisée pour le compte de CURAVIVA Suisse, senesuisse, Pro Senectute Suisse et Aide et soins à domicile Suisse montre les standards techniques à appliquer. Ce document synthétise les connaissances scientifiques, les concepts existants et les expériences pratiques avant de définir les conditions structurelles, matérielles et techniques requises comme standards minimums pour pouvoir parler de « logement protégé ». Il apporte ainsi une contribution largement étayée au débat politique et génère des impulsions pour les décisions à prendre concernant les prestations à mettre en place dans ce type de logements et leur financement.


Un modèle à quatre niveaux d’aide centré sur le client
L’étude présente un modèle axé sur les besoins des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. Elle définit les prestations à leur fournir en fonction des aides dont elles ont le plus souvent besoin. À quelles personnes l’« habitat protégé » permet-il de continuer à vivre le plus longtemps possible de manière autonome, dans quelles situations et avec quel objectif ? Cette question était au coeur de la conception de ce modèle inédit en Suisse. En fonction de la description des différents degrés de soins, l’« habitat protégé » se répartit en quatre niveaux (A – D). L’habitat protégé de la catégorie D propose la plus petite et celui de la catégorie A la plus large offre de prestations.

  • Les prestations de la catégorie D se limitent à l’infrastructure de l’habitat (sans barrières), aux services dont les résidentes et les résidents ont besoin pour assurer leur sécurité (système d’appel d’urgence) et au soutien dans le cadre des activités quotidiennes (p. ex. pour le ménage, la cuisine, les courses et les tâches administratives).
  • Dans la catégorie C, la santé et la capacité à mener sa vie quotidienne de façon autonome sont évaluées par un professionnel. Ainsi, l’accent est mis sur le maintien et le développement des facultés des personnes pour leur permettre de vivre le plus longtemps possible de façon autonome. Un professionnel est à disposition en tant qu’interlocuteur pendant les horaires de bureau.
  • Dans la catégorie B, les prestations couvrent tous les aspects des soins et de l’accompagnement. Les ressources disponibles des personnes et de leurs proches sont déterminées systématiquement, de même que les facteurs et les risques sanitaires à prendre en compte. Les prestations dont ces personnes ont besoin et la disponibilité 24 heures sur 24 de professionnels sont ensuite organisées.
  • L’habitat protégé de catégorie A permet de rester dans son logement familier jusqu’à la fin de sa vie. L’équipe de soutien est complétée par des professionnels spécialisés dans la physiothérapie, l’éducation spécialisée, la démence sénile, les maladies psychiques, les dépendances ou les soins palliatifs.

Dans toutes les catégories, l’objectif est le maintien de la dignité, de la plus grande autonomie possible et de la qualité de vie de la personne prise en charge.

 

Sur les 2000 participants qui ont lu les cinq livres sélectionnés pour le Prix Chronos 2019, plus de 600 se sont rendus au Salon du livre ce mercredi 1er mai pour applaudir Alexandre Chardin. Cet auteur remporte la première place de notre concours littéraire intergénérationnel avec son ouvrage Le goût sucré de la peur, édité par Magnard Jeunesse.

Au vu de la grande affluence que remporte chaque année la cérémonie de remise du Prix Chronos, une salle attenante au Salon du livre et de la presse a été nécessaire afin de pouvoir accueillir les 600 participants impatients de rencontrer l’auteur de l’ouvrage Le goût sucré de la peur.

Histoire touchante d’un groupe de jeunes ados qui chapardent de belles fraises bien juteuses dans le jardin d’une grand-mère. Mais est-ce vraiment par hasard qu’elles ont été plantées là, ces fraises? Cet hymne à la nature, ce retour aux sources a été choisi par la majorité du jury juniors, âgés de 10 à 12 ans, et du jury seniors.

Sous la houlette de Jean-Marc Richard, Alexandre Chardin a conquis son public par sa simplicité, son humour et sa joie de vivre. Un grand moment d’émotion qu’il a su, une fois encore, partager avec son public.

L’humour fut aussi au rendez-vous grâce à Sarkis Ohanessian, un pro de l’impro, qui a emmené la salle dans des dimensions humoristiques au fil des pages des livres en compétition.

Cette magnifique cérémonie s’est terminée par une séance de dédicaces qui a ravi petits et grands.

Organisé par Pro Senectute depuis 1997, en collaboration avec Pro Juventute depuis 2013, ce concours littéraire, destiné aux enfants âgés de 10 à 12 ans ainsi qu’aux seniors, est une belle occasion de promouvoir la lecture et de renforcer les liens entre générations. Il a lieu chaque année et est ouvert à tous. Retrouvez toutes les informations pour la prochaine édition sur www.prixchronos.ch/fr.

Contact pour les médias
Sylvie Fiaux
Coordinatrice Prix Chronos et médias
Tél. 021 925 70 15 / 079 764 95 98
E-mail :

Fondation Pro Juventute
Monique Ryf, responsable Suisse romande
Tél. : 021 622 08 17
E-mail :

 

Le festival de films visages, unique en Suisse, pose son regard sur les relations entre générations et les enjeux de société. Le festival visages, ce sont des lieux symboliques de Martigny et région et, surtout, des personnes qui ouvrent leur porte pour vous accueillir !

L’édition 2019 se déroulera du 22 au 29 mars, avec une programmation de 38 films projetés dans 14 lieux: cave, café, galerie d’art, atelier, fleuriste… Organisé par Pro Senectute Suisse, le festival offre une palette de films uniques: portraits, histoires de vie, reflètent des manières d’être au monde.

L’ouverture officielle du festival visages a lieu le :
vendredi 22 mars à 18h00 au cinéma Casino de Martigny avec la projection de
« Femmes du chaos vénézuélien » (2018/83’), en présence de Margarita Cadenas, réalisatrice.
Le film au coeur de l’actualité donne la parole à cinq femmes qui racontent au travers de leur histoire, leur désarroi au quotidien dans un pays sous haute tension.

Bien d’autres films dans d’autres lieux à découvrir au fil des jours. Le PDF du programme annexé vous invite à vous plonger au coeur de ce festival unique en son genre. Vous trouverez en annexe également l’invitation à l’ouverture officielle du festival visages, où nous vous accueillerons avec plaisir.

Pour clore ce festival, la musique est à l’honneur avec le film Mare Nostrum de Michelle Brun consacré à la musique de Jordi Savall, suivi du concert « Planète bleue ». 40 musiciens, issus du conservatoire cantonal de musique du Valais présentent une création originale d’Alexandre Mastrangelo, pour quatuor de trombones et fanfare philharmonique. Ce concert de clôture a lieu à la Fondation Pierre Gianadda le 29 mars à 21h00.

Informations pratiques :
Entrée cinéma : CHF 16.-
Entrée soirée courts (26.3.19) : CHF 16.-
Entrée film divers lieux : CHF 12.-
Abonnement festival : CHF 150.-
Abo journalier samedi-dimanche : CHF 42.-
Soirée de clôture à la Fondation Pierre Gianadda : offerte

Vente au Manoir de la ville de Martigny, aux cinémas Casino et Corso et dans les divers lieux le jour de la projection.
Pas de réservation de place
Projection chez particuliers : places limitées

Programme et photos de presse : www.festivalvisages.ch
Organisation : Pro Senectute Suisse, Manoir de la ville de Martigny, Ville de Martigny

Contact pour les médias
Olivier Taramarcaz
Initiateur du festival visages 
Rue du Simplon 23 
1800 Vevey 
E-mail :
Tél. : 021 925 70 10 

Sylvie Fiaux
Coordinatrice médias
Rue du Simplon 23
1800 Vevey
E-mail :
Tél. 021 925 70 15

Le Conseil de fondation de Pro Senectute Suisse a choisi lors de sa séance du 25 février Ursula Koch à la tête de la direction de Pro Senectute Suisse. Elle prendra ses fonctions le 1er septembre 2019.

Ursula Koch est actuellement membre de la direction de la Ligue Suisse contre le cancer. Auparavant, elle a travaillé pour le Département de la santé du canton de Zoug puis pour l’Office fédéral de la santé publique où elle a occupé diverses fonctions dirigeantes. Titulaire d’un doctorat en psychologie, Ursula Koch est spécialisée dans la recherche sur les services de santé et dispose d’une solide expérience en matière de management des ONG et des associations, de conseil psychosocial et de prévention. Âgée de 41 ans, Ursula Koch succédera à Werner Schärer qui, après plus de douze ans à la tête de la direction de Pro Senectute Suisse, prendra sa retraite en été 2019.

Contact pour les médias
Pro Senectute Suisse, Peter Burri Follath, responsable Communication et marketing
Téléphone : 044 283 89 43 ou 078 624 28 04
E-mail :

Dès aujourd’hui, quelque 400 boulangeries et confiseries de tout le pays remettront à leurs clients des porte-gobelets tricotés à la main à l’achat d’un café à l’emporter. Avec la campagne #perso, Pro Senectute et Alzheimer Suisse, en collaboration avec les boulangeries-confiseries artisanales, attirent l’attention sur la démence et ses conséquences au quotidien.

La Suisse compte quelque 151 000 personnes atteintes de démence. Cette maladie fait perdre progressivement l’orientation spatiale et temporelle. Elle perturbe également la mémoire et le langage. Au stade initial, les personnes atteintes de démence continuent de vivre à domicile et d’avoir une vie sociale. C’est précisément sur ce point que la campagne met l’accent : les boulangeries et confiseries participantes informent leurs clientes et clients au moyen de cartes MEMO-BOX, qui décrivent les points à prendre en compte dans le dialogue avec une personne atteinte de démence et l’attitude à adopter avec une personne désorientée.

Sensibiliser la population
Pour Silvan Hotz, président de l’Association suisse des patrons boulangers-confiseurs et lui-même exploitant, cette campagne avec Pro Senectute et Alzheimer Suisse s’avère passionnante : « Les boulangeries-confiseries voient de nombreux clients tout au long de la journée et ont un contact privilégié avec chacun d’eux. En participant à l’action ‹ #perso – Tricotons contre l’oubli ›, nous jouons un rôle important dans la sensibilisation de la population. Je suis très fier que les boulangeries-confiseries soient si nombreuses à participer à cette campagne d’un genre nouveau pour notre branche. »

Déroulement
Depuis septembre, une multitude de bénévoles des quatre coins de la Suisse ont tricoté plus de 61 000 porte-gobelets de toutes les couleurs pour cette campagne de sensibilisation. À partir du 22 janvier, quelque 400 boulangeries-confiseries de tout le pays remettent un porte-gobelet et une carte informative de la MEMO-BOX à l’achat d’un café à l’emporter. Ces cartes contiennent de précieux conseils sur l’attitude à adopter avec les personnes concernées. L’action est valable pour une durée limitée, dans la limite des stocks disponibles.

Les boulangeries-confiseries suivantes soutiennent l’action : www.swissbaker.ch/perso. Vous trouverez d’autres informations concernant la campagne et des photos sur www.memo-info.ch ainsi que sur Facebook @memoinfoch ou sur Instagram avec le hashtag #perso.

Contact pour les médias
Pro Senectute Suisse, Judith Bucher, 044 283 89 57,
Alzheimer Suisse, Nani Moras, 058 058 80 41 ou 075 434 98 10,
Association suisse des patrons boulangers-confiseurs, Sarah Stettler, 031 388 14 14,

Depuis le mois de septembre, des milliers de porte-gobelets ont été tricotés par des bénévoles pour la campagne #perso – Tricotons contre l’oubli. À ce jour, plus de 30 000 porte-gobelets ont été tricotés et les tricoteurs et tricoteuses continuent à s’affairer pour la dernière ligne droite : à l’occasion de la foire de Lucerne sur la vieillesse et l’avenir, 1098 porte-gobelets ont été tricotés dans l’espace prévu à cet effet par Pro Senectute. À partir du 22 janvier, les portegobelets seront remis dans des boulangeries et confiseries à l’achat d’un café à l’emporter. L’objectif est de sensibiliser la population sur l’attitude à adopter au quotidien avec les personnes atteintes de démence et d’en parler ouvertement.

Depuis le mois de septembre, jeunes et moins jeunes, de nombreuses personnalités, des classes, des blogueurs et des influenceurs tricotent des porte-gobelets. Pour la dernière ligne droite, une multitude de bénévoles se sont installés pour tricoter dans l’espace prévu à cet effet à l’occasion de la foire de Lucerne sur la vieillesse et l’avenir. Le directeur de la foire, Josef Odermatt, est impressionné par leur engagement : « Je n’aurais jamais pensé qu’autant de visiteurs prendraient le temps de participer à cette importante et sympathique action de sensibilisation. Cela montre que les foires ont un fort potentiel de mobilisation, qui pourrait être exploité davantage. »

Dans les boulangeries et confiseries
Les porte-gobelets seront remis gratuitement à partir du 22 janvier pour une période limitée dans des boulangeries et confiseries de tout le pays à l’achat d’un café à l’emporter. Une boîte MEMO-BOX, disposée dans les commerces de manière bien visible, permettra d’informer et de sensibiliser la clientèle à travers de précieux conseils sur l’attitude à adopter au quotidien avec les personnes atteintes de démence.

Et cette sensibilisation est vraiment nécessaire, comme l’explique Ruedi Haegele de Pro Senectute canton de Lucerne : « Les gens savent que la démence existe, mais souvent ils ont des appréhensions lorsqu’il s’agit d’aborder les personnes concernées. La campagne fournit des informations concrètes sur l’attitude à adopter. Les boulangers et les confiseurs montrent l’exemple en accueillant les clients atteints de démence avec ouverture d’esprit et respect. »

Délai d’envoi des porte-gobelets
Les créations peuvent être envoyées d’ici au 6 décembre à Pro Senectute, CP, 5634 Merenschwand. Vous trouverez de plus amples informations concernant la campagne sur www.memo-info.ch.

Qu’est-ce que la démence
La Suisse compte quelque 148 000 personnes atteintes de démence. Le terme « démence » est un terme générique qui fait référence à plus de 100 formes de maladies. Elle peut entraver la pensée, la mémoire, les souvenirs et le langage. Les personnes concernées perdent progressivement l’orientation, par rapport aussi bien à l’espace qu’au temps et aux contacts sociaux.

Contact pour les médias
Pro Senectute Suisse, Judith Bucher, 044 283 89 57,
Alzheimer Suisse, Nani Moras, 058 058 80 41 ou 075 434 98 10,
Association suisse des patrons boulangers-confiseurs, Sarah Stettler, 031 388 14 14,

Pro Senectute Suisse a mené, en collaboration avec l’Institut de lutte contre la criminalité économique (ILCE) de la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel (ILCE, HEG Arc), une étude représentative sur l’ampleur des abus financiers chez les personnes âgées de 55 ans et plus. Le nombre de victimes et le montant des pertes financières montrent qu’il faut agir.

La première étude représentative menée en Suisse à ce sujet révèle l’ampleur des abus financiers envers les personnes âgées de 55 ans et plus. Ces cinq dernières années, une personne sur quatre de ce groupe d’âge a été victime d’un abus et une personne sur cinq a subi un préjudice financier suite à un abus. En extrapolant les chiffres de l’étude à l’ensemble de la population des 55 ans et plus, on obtient un préjudice estimé à plus de 400 millions de francs par année.

Résultats les plus importants :

  • Les hommes (28,2%) sont davantage victimes d’abus financiers que les femmes (23,3%).
  • La proportion de victimes d’abus financiers est la plus élevée en Suisse romande (36,5%), suivie par la Suisse alémanique (22,8%) et la Suisse italienne (11,7%).
  • Les personnes entre 55 et 64 ans ainsi qu’à partir de 85 ans sont plus souvent victimes d’abus financiers que celles des catégories d’âges entre les deux.
  • 61% des victimes n’en parlent à personne.

Du vol classique dans l’espace public ou au bancomat jusqu’à l’envoi de produits non commandés, en passant par de fausses annonces sur Internet, les abus financiers sont très variés.

Nombre de victimes ayant subi des pertes financières ces cinq dernières années :

1. Vol dans un lieu public 155066
2. Vol lors d’un retrait au bancomat   62 457
3. Inconnu demande de l’argent sous un faux prétexte (perdu porte-monnaie / clés  60 304
4. Fausse annonce sur Internet   47 381
5. Envoi de produits non commandés  38 767

Werner Schärer, directeur de Pro Senectute Suisse, s’exprime sur les résultats de l’étude en ces termes : « L’ampleur des pertes financières nous a surpris. Les connaissances acquises nous permettront de fournir des informations encore plus ciblées sur la façon de se prémunir efficacement contre les abus financiers. » Selon Pro Senectute, le fait de parler ouvertement du sujet constitue une mesure de prévention importante. En effet, plus la quantité de personnes informées est grande, plus les abus financiers peuvent être évités. Il est aussi plus facile pour les victimes de s’en remettre si elles se confient ou peuvent ouvertement en parler à quelqu’un.
 

Contact pour les médias


Pro Senectute Suisse, Peter Burri Follath, responsable Communication et marketing
Téléphone : 044 283 89 43 ou 078 624 28 04
e-mail : medien@prosenectute.ch

Pro Senectute et Alzheimer Suisse, en collaboration avec les boulangers-confiseurs suisses, lancent la campagne #perso – « Tricotons contre l’oubli ! », afin de sensibiliser la population à la démence et à ses conséquences au quotidien. L’objectif consiste à tricoter plus de 100 000 porte-gobelets, qui seront disponibles en janvier 2019 pendant une période limitée dans des boulangeries et confiseries. Le coup d’envoi de cette action nationale a été donné aujourd’hui à Berne avec le concours de personnalités, d’écoliers et d’écolières et d’une centaine d’adeptes du tricot.

À l’occasion du coup d’envoi de l’action de mobilisation nationale #perso, une classe d’activités créatrices de l’école secondaire de Langnau im Emmental, des personnalités comme Monique, Peter Reber, Knackeboul, Maja Brunner, ainsi que de nombreux adeptes du tricot ont rivalisé de créativité à la Maison des générations à Berne. À partir d’aujourd’hui, tant à Berne que dans le reste de la Suisse, l’objectif est de tricoter des porte-gobelets. Ces petites créations seront ensuite remises à partir du 22 janvier 2019 pour tout achat d’un café à l’emporter dans des boulangeries et confiseries de tout le pays. Cette action permet à Pro Senectute et Alzheimer Suisse d’attirer l’attention sur la démence et ses conséquences. Les porte-gobelets peuvent être tricotés jusqu’en décembre 2018. L’objectif de la campagne est d’en confectionner 100 000.

Agir ensemble
Afin de diffuser l’information avec le plus grand nombre de porte-gobelets possible, Pro Senectute et Alzheimer Suisse invitent tous les adeptes du tricot à participer, dans le but d’agir ensemble en faveur des personnes atteintes de démence et de sensibiliser le public à cette maladie et à ses conséquences au quotidien.

La Suisse compte quelque 148 000 personnes atteintes de démence, une tendance en augmentation. Le terme « démence » est un terme générique qui fait référence à plus de 100 formes de maladies. Selon le type de démence et le stade de la maladie, des fonctions cérébrales telles que la pensée, la mémoire et le langage peuvent être altérées. Les personnes concernées perdent progressivement l’orientation, par rapport aussi bien à l’espace qu’au temps et aux contacts sociaux. Au quotidien, la compréhension à leur égard et les contacts bienveillants sont cruciaux pour elles.

Dans les boulangeries et confiseries
Nombreux sont ceux qui ne savent pas vraiment comment ils doivent se comporter avec les personnes atteintes de démence. La campagne #perso répond à leurs questions avec des cartes informatives, des conseils simples à appliquer et des indications sur la démence. Ces cartes seront remises avec les porte-gobelets dans les boulangeries et confiseries participantes.

Vous trouverez des instructions de tricot ainsi que d’autres informations concernant la campagne sur www.memo-info.ch.

 

Contact pour les médias 

Pro Senectute Suisse
Judith Bucher : Téléphone : 044 283 89 57 ou 079 458 39 49, e-mail :

Alzheimer Suisse
Nani Moras : Téléphone : 058 058 80 41 ou 075 434 98 10, e-mail :

Association suisse des patrons boulangers-confiseurs

Sarah Stettler : Téléphone : 031 388 14 00, e-mail :

Chaque année, en Suisse, 87 000 seniors se blessent en chutant et plus de 1500 autres décèdent des suites de ce type d’accidents. A cet âge, les blessures sont souvent lourdes de conséquences en termes de santé et de vie sociale. C’est pourquoi le bpa – Bureau de prévention des accidents, Pro Senectute Suisse, Promotion Santé Suisse et leurs partenaires dans ce domaine renforcent leurs activités de prévention des chutes. Ils incitent les personnes d’un certain âge à entraîner leur force et leur équilibre.

Une chute est vite arrivée, à la maison ou durant les loisirs. Chaque jour, en Suisse, quelque 240 per-sonnes de plus de 65 ans sont victimes d’une chute si grave qu’elles doivent consulter un médecin ou être hospitalisées. Chez les aînés, un accident comme celui-ci peut être le facteur déclencheur d’un cercle infernal: la guérison est plus longue; pendant ce laps de temps, la masse musculaire diminue; cette fonte musculaire augmente à son tour le risque de nouvelles chutes. Cette spirale négative peut mener à une baisse de la mobilité, de l’autonomie et donc de la qualité de vie. Parfois, un placement en EMS est inéluctable.

Compte tenu de l’évolution démographique, les chutes sont amenées à gagner en importance. Le bpa, Pro Senectute Suisse et Promotion Santé Suisse renforcent donc leurs mesures de prévention dans ce domaine. physioswiss et la Ligue suisse contre le rhumatisme jouent le rôle de partenaires techniques. La campagne commune «Equilibre en marche» passe dès lors à son volet suivant. Celui-ci prévoit une communication plus massive et plus efficace ainsi qu’une formation approfondie des personnes qui dispensent les cours d’entraînement.

Entraînement en groupe ou individuel à domicile

Les seniors peuvent limiter leur risque de chute en bougeant pour rester en forme. Des études scienti-fiques montrent qu’un entraînement ciblé de la force et de l’équilibre porte ses fruits: dans de nombreux cas, après avoir trébuché, il est possible de se rattraper pour ne pas chuter. Enrichie, la plateforme www.equilibre-en-marche.ch répertorie désormais plus de 1500 cours à travers toute la Suisse et la liste s’allonge continuellement. Pour les séances d’entraînement à domicile, elle propose des exercices ai-sément compréhensibles dans plusieurs niveaux de difficulté: à l’intention des personnes en bonne forme, mais également de celles limitées dans leur motricité ou celles qui n’ont que peu bougé dans leur vie. Car il n’est jamais trop tard pour commencer.

«Il est conseillé d’entraîner sa force et son équilibre 3 fois par semaine pendant au moins 30 minutes», explique Barbara Pfenninger, experte du bpa en matière de chutes. «Pour beaucoup, il s’agit d’une motivation supplémentaire pour s’entraîner hebdomadairement en groupe, avec des personnes parta-geant les mêmes préoccupations. L’activité physique destinée à prévenir les chutes peut donc aussi dynamiser la vie sociale.»

Des coûts de la santé plus bas, une plus longue autonomie

La prévention des chutes revêt également un enjeu socioéconomique. Le bpa estime en effet à quelque 16 milliards de francs par an le coût socioéconomique global des chutes qui touchent les personnes âgées. Les coûts matériels (surtout frais de soins et de guérison) se montent à eux seuls à plus de 1,7 milliard de francs. Le bénéfice individuel coule également de source: sans chute, les chances de vieillir chez soi en bonne santé sont grandes. Dès la semaine prochaine, des spots TV sensibiliseront donc une plus large part de la population à cette problématique.

Contact pour les médias

Service de presse du bpa
tél. +41 31 390 21 16
medias@bpa.ch, www.medias.bpa.ch
 

Rentrée scolaire rime avec rentrée littéraire. Pour son édition 2019, le Prix Chronos propose cinq livres, cinq histoires à vivre. Enquête, course poursuite, conte, humour et réflexion invitent le lecteur  à se plonger dans des histoires de vie qui posent un regard sur l’amitié, la solitude, l’amour le partage, les différences…

Point de départ: la Bretagne dans  Enquête au pays des galettes d’Elsa Devernois. Romain et Marion, frère et sœur, se tolèrent juste. En vacances chez Mamie Suzon, ils ont hâte de retrouver leur amie Corentine mais rien ne se passe comme prévu. Ils sont amenés à coopérer étroitement afin de résoudre les énigmes laissées par leur amie ! Après les énigmes, place à La course impitoyable de Guillaume Guéraud : Max, catapulté chez son grand-père ancien coureur automobile, fait face à des malfrats et à la pétillante Pénélope. Une  histoire qui va vite, qui décoiffe et qui, a priori, n’est pas très probable quoique…. Puis une odeur de biscuits de Noël  dans La petite femme du père Noël de Kochka. Unique conte de la série qui emballe la détresse de Max, la maladie de Noëlle, la délicatesse de grand-mère Rose d’Hiver et la perspicacité de Prune dans un magnifique papier cadeau. Le goût sucré de la peur d’Alexandre Chardin allie suspens, amitié et complicité entre une bande de copains, le tout au goût sucré et salé de la vie. Pour terminer cette sélection, une ambiance de voisinage qui fait rêver, une découverte archéologique, des cœurs qui palpitent, la vie de tous les jours narrée par chaque habitant de la maison dans laquelle il s’est passé ce qu’il s’est passé…dans Menace sous la ville Rue des Tempêtes  (Tome 1) de Fanny Gordon.

Le Prix Chronos c’est :

Un concours littéraire intergénérationnel
Cinq livres à lire et à élire
Un jury composé d’élèves âgés de 9 à 12 ans et un autre composé de seniors
Des rencontres entre les deux jurys
Des échanges, du dialogue, de l’émotion
Du bonheur à partager : «J’aime lire, j’aime les enfants et le Prix Chronos est une superbe idée pour mettre en présence les jeunes et les aînés. Bravo!» H. G.  67 ans.

Pour participer :

Informations et inscriptions sur www.prixchronos.ch/fr

Contact pour les médias et les personnes intéressées: 

Pro Senectute Suisse
Sylvie Fiaux
Coordinatrice Prix Chronos et médias
Tél.: 021 925 70 15 / 079 764 95 98
E-mail:

Pro Juventute
Monique Ryf
Responsable régionale suisse romande
Tél. : 021 622 08 17
E-mail :

Salle comble en ce mercredi 25 avril 2018 pour accueillir en grande pompe les deux lauréats de l’édition 2018 du Prix Chronos. Manon Fargetton remporte le prix de la catégorie juniors avec son ouvrage Robin à la dernière seconde, et Hubert Ben Kemoun celui du jury seniors pour Joyeuses Pâques et bon Noël.

Pour la 23e édition de ce concours, le jury composé de 1865 juniors âgés de 10 à 12 ans, et de 347 seniors a choisi non pas un, mais deux lauréats.

Ainsi les jeunes adolescents ont préféré voter pour l’histoire de Robin à la dernière seconde, la seule fiction de la série, dans laquelle des pouvoirs surnaturels arrêtent le temps, et où se mélangent une philosophie de vie… des choix à faire… et des erreurs à éviter. Du côté des seniors, le choix s’est porté sur le jeune Barnabé dans Joyeuses Pâques et bon Noël qui, en séjour chez sa grand-mère Myriam, va célébrer toutes les fêtes de l’année en quatre jours. En seulement 40 pages, Hubert Ben Kemoun réussit à transmettre l’essentiel en tissant une belle toile d’amour et de complicité entre les générations.

Animée par Jean-Marc Richard, cette cérémonie de remise du Prix Chronos s’est déroulée dans une ambiance festive et dynamique grâce à deux classes d’élèves qui, pour l’occasion, ont interprété des saynètes tirées des ouvrages gagnants et présenté un quiz sur chacun des cinq livres en lice.

Émus par la qualité des prestations, les deux lauréats sont ensuite montés sur scène pour répondre aux questions du public, avant de se prêter à une séance de dédicaces.

C’est ça le Prix Chronos ! Réunir jeunes ados et seniors autour de la lecture, et leur permettre d’échanger et de défendre leur histoire favorite. Après avoir lu les cinq livres en compétition, chaque participant donne une voix pour son ouvrage préféré. Place ensuite à la fête lors de la cérémonie de remise du prix, occasion d’échanger avec les auteurs et de visiter le Salon du livre.

Organisé par Pro Senectute depuis 1997, en collaboration avec Pro Juventute depuis 2013, ce concours littéraire est une belle occasion de promouvoir la lecture et de renforcer les liens entre générations. Il a lieu chaque année et est ouvert à tous. Retrouvez toutes les informations pour la prochaine édition sur www.prixchronos.ch/fr.

Contact pour les médias et les personnes intéressées :

Pro Senectute Suisse
Sylvie Fiaux
Coordinatrice Prix Chronos et médias
Tél. : 021 925 70 15 / 079 764 95 98
E-mail : sylvie.fiaux@prosenectute.ch

Fondation Pro Juventute
Monique Ryf
Responsable Suisse romande
Tél. : 021 622 08 17
E-mail : monique.ryf@projuventute.ch

Archives Communiqués de presse

Voir tous les communiqués de presse

Fil d’actualité

Lisez les derniers articles consacrés à notre organisation.

 

 

Prises de position

Nous agissons aux niveaux social et politique pour défendre les intérêts des personnes âgées. Nous prenons position dans des débats publics et participons à des consultations.

Le 22 mars 2019, le Parlement a adopté la réforme des prestations complémentaires (PC). L’ordonnance correspondante (OPC) doit donc être adaptée à cette réforme. Pro Senectute a pris part à la mise en consultation de la modification de l’ordonnance.

Pour Pro Senectute, il est primordial que les exceptions prévues pour les diminutions de la fortune ne soient pas définies sous la forme d’une liste exhaustive. En outre, Pro Senectute encourage à faire preuve de modération et à réduire au maximum les charges administratives dans la mise en place d’un seuil d’accès. Nous encourageons également l’égalité de traitement fiscal des montants versés pour les assurances-maladie et des prestations pécuniaires des prestations complémentaires. En outre, dans le cadre de la répartition dans les régions déterminantes pour les loyers, Pro Senectute propose de prendre en considération non seulement la typologie de la commune, mais aussi le montant effectif des loyers dans la commune. L’adaptation du montant maximal pris en considération au titre de loyer devrait être effectuée le plus rapidement possible, sachant qu’un loyer est dû de mois en mois.

Depuis sa création en 1917, Pro Senectute s’engage pour des formes de logement adaptées à l’âge et encourage le maintien à domicile des personnes âgées.

Le défi qui se pose aux personnes qui prennent leur retraite est de devoir composer avec un revenu moins élevé qu’auparavant. La valeur locative, elle, ne diminue pas après le départ à la retraite et représente ainsi dorénavant une part plus importante du revenu imposable. En particulier pour les bénéficiaires d’une rente modeste, l’ajout d’un revenu fictif engendre une charge fiscale excessive.

Pro Senectute soutient donc la suppression proposée de la valeur locative. Elle salue expressément les modifications proposées de la loi fédérale sur les prestations complémentaires à l’assurance-vieillesse, survivants et invalidité (LPC). Les dispositions en vigueur prévoient une prise en compte de la valeur locative comme revenu dans le calcul des prestations complémentaires et se soldent donc par des prestations complémentaires moins importantes. Cela ne serait plus le cas avec la nouvelle réglementation. Le forfait pour les charges, pour sa part, est maintenu.

Des proches accomplissent, jour après jour, un immense travail en prodiguant assistance et soins au domicile de personnes âgées. Pro Senectute soutient les proches de personnes âgées ayant besoin d’aide, à travers une vaste offre de services visant à décharger les proches, de centres de jour et d’assistance au quotidien. En outre, Pro Senectute encourage l’échange entre personnes concernées, et donne des informations et des conseils aux proches. Pour les proches qui exercent une activité professionnelle, la double charge a souvent des répercussions négatives. Au vu de ce qui précède, Pro Senectute salue et soutient le projet d’améliorer la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge de proches. Toutefois, Pro Senectute estime que l’avant-projet ne prend pas en compte comme il se doit les proches aidants qui s’occupent de personnes âgées. Tant pour des raisons socia-les que pour des raisons économiques, il est indispensable de mettre en place des conditi-ons cadres favorables, ainsi que d’encourager et de soutenir la prise en charge et les soins de personnes âgées par des proches. 

Pro Senectute est membre de la Communauté d’intérêts (CI) nationale en faveur des pro-ches aidants. La CI a notamment participé à la consultation sur la loi fédérale sur la « con-ciliation entre activité professionnelle et prise en charge de proches ». Du fait de la diversité des organisations participantes, la prise de position commune est plus large que celle de Pro Senectute.

Depuis sa fondation, Pro Senectute s’engage en faveur d’un système de retraite au financement garanti et en phase avec son temps. Après les tentatives infructueuses d’amender la prévoyance vieillesse, Pro Senectute estime que la réforme devient urgente afin de garantir le financement des rentes. Pro Senectute s’est exprimée sur les trois éléments principaux du projet (flexibilisation de l’âge de référence de la retraite, augmentation de l’âge de référence de la retraite pour les femmes et financement) dans le cadre de la mise en consultation.

Pro Senectute œuvre depuis plus de 100 ans pour le bien-être des personnes âgées et les aide à vivre de manière autonome jusqu’à un âge avancé. L’acceptation de l’initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination) » met en péril la protection des droits humains, dans la mesure où la Convention européenne des droits de l’homme ne pourrait plus être systématiquement appliquée. Des groupes particulièrement vulnérables tels que les personnes âgées, dont la situation soulève actuellement de nombreuses nouvelles questions relatives aux droits humains, perdraient un outil essentiel de protection et de promotion des droits humains. Pro Senectute recommande donc de rejeter l’initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers (initiative pour l’autodétermination) ». 

Comme plus grand partenaire dans le programme de sport des adultes esa de l’Office fédéral du sport, les organisations de Pro Senectute proposent une offre variée et à vocation non commerciale d’activités de sport et de mouvement, afin de soutenir, dans un cadre social, les personnes âgées à rester en forme et en bonne santé jusqu’à un âge avancé.

Pro Senectute estime aussi que la sécurité et la qualité sont essentielles dans le domaine des activités à risque et de toutes les autres activités sportives. Pro Senectute est toutefois d’avis que l’ordonnance actuelle qui date de 2014 a fait ses preuves, et elle ne voit pas la nécessité de modifier l’art. 2 (activités à risque proposées à titre professionnel) et l’art. 4, let. d (randonnées à raquettes).

Mobilité et vieillesse – la position de Pro Senectute

Qu’ils se déplacent en voiture, en transports publics, à vélo ou à pied, ceux dont la mobilité est entravée sont davantage tributaires de l’aide d’autrui et peuvent même se retrouver totalement dépendants et isolés. La plupart des seniors aspirant aujourd’hui à vieillir chez eux, Pro Senectute a fait de la mobilité l’une de ses préoccupations majeures.

En tant qu’organisation d’aide aux personne âgées, Pro Senectute constate que l’avenir de la mobilité des personnes âgées, voire très âgées, est un problème qui n’a été que partiellement résolu. Il s’agit de mieux concilier le besoin de mobilité et d’autonomie des seniors et le besoin de sécurité de la société dans le domaine des transports.

Consultation relative à la modification de l’ordonnance du DFI sur la fixation de la contribution pour la prévention générale des maladies

La lutte contre les maladies psychiques doit être intensifiée et la santé des personnes âgée davantage favorisée. Afin d’atteindre ces objectifs, Promotion Santé Suisse demande l’augmentation du supplément de prime LAMal. La fondation souhaite ainsi réduire le fardeau que représentent les maladies chroniques non transmissibles pour le système de santé.

Pour Pro Senectute, la prévention et la promotion de la santé des personnes âgées sont des tâches essentielles revêtant une importance croissante. L’organisation, qui se consacre à ces missions depuis de nombreuses années, touche un très grand nombre de personnes âgées par le biais de ses services, notamment via son offre de cours dans le domaine de la prévention des chutes.

Pro Senectute Suisse soutient la requête adressée au Département fédéral de l’intérieur en faveur de la promotion de la santé des personnes âgées, de la coordination et de la coopération inter-organisationnelles au niveau national conformément à la stratégie «Santé2020», témoignant ainsi clairement de son engagement.

Pro Senectute en bref

Pro Senectute s’engage depuis plus de 100 ans en faveur des personnes âgées. Nous sommes la plus grande et la plus importante organisation de prestations au service de cette tranche de la population et de leurs proches en Suisse. Pro Senectute conseille gratuitement les seniors et leurs familles dans plus de 130 bureaux de consultation.  Notre objectif : soutenir les personnes âgées de manière à ce qu’elles puissent continuer de vivre chez elles le plus longtemps possible. 

Nous employons plus de 1600 collaboratrices et collaborateurs et travaillons avec 18 000 bénévoles. Quelque 700 000 retraités et leurs proches profitent de nos offres. Pro Senectute est neutre sur les plans politique et confessionnel. Depuis 1942, l’organisation est certifiée par le label de qualité ZEWO.

Nos organisations Pro Senectute proposent des prestations répondant aux besoins les plus divers des personnes âgées et de leurs proches:

  • Nous les conseillons gratuitement sur les questions relatives aux finances, à la santé, à la gestion du quotidien, au droit et au logement.
  • Nous proposons une aide dans le cadre de la vie quotidienne et de la mobilité.
  • Nous mettons une vaste offre de loisirs à disposition: formation, sport et mouvement, mais également activités de groupe pour tous les goûts.

Apprenez-en davantage sur nos services ici.

Nous anticipons l’évolution de la société et nous engageons activement pour que chaque personne âgée puisse se sentir utile et estimée au sein de notre société.

Nous encourageons les rencontres entre jeunes et seniors dans le cadre de projets novateurs ou du bénévolat.

Sur des thèmes d’actualité tels que la réforme de la prévoyance vieillesse ou la réforme des prestations complémentaires, nous défendons les intérêts des personnes âgées en difficultés financières.

Apprenez-en plus ici sur notre engagement en faveur des personnes âgées en Suisse.

Pro Senectute possède une structure fédéraliste. Les organisations Pro Senectute, dont 22 sont cantonales et 2 intercantonales, prennent la forme de fondations et d’associations juridiquement indépendantes. Le centre national de Pro Senectute Suisse a des bureaux à Zurich et Vevey.

Bien qu’organisation de droit privé, Pro Senectute collabore étroitement avec les pouvoirs publics (communes et cantons, contrat de prestations/subventions avec l’Office fédéral des assurances sociales, OFAS).

Pro Senectute Suisse gère la seule bibliothèque du pays spécialisée en gérontologie. Nous publions dix fois par année le magazine Zeitlupe et collaborons avec les magazines Générations en Suisse romande et Azione au Tessin.

Environ 49% des ressources de Pro Senectute (128,1 millions) proviennent de ses propres prestations de services. La Confédération, les cantons et les communes participent à hauteur de 41% (109,4 millions). Nous utilisons 15,7 millions de cette somme pour soutenir les seniors en difficulté financière par le biais d’aides individuelles. Enfin, 10% (25,4 millions) proviennent de dons et de legs.

 

Financement

Publications

Accédez facilement à nos principales publications, du rapport de gestion aux études récemment publiées.

Le rapport de gestion est le document dans lequel nous publions nos derniers résultats. Nous vous présentons les grands axes du travail mené durant l’année écoulée et nos réalisations.

Quatre fois par an, nous vous proposons un numéro de ps:info en version numérique ou papier. Dans cette publication, des spécialistes issus de l’organisation et d’ailleurs traitent de thématiques en lien avec la vieillesse et les relations intergénérationnelles.

Voir le dernier numéro.

Cliquez ici pour accéder aux archives de ps:info.

La revue ps:info est disponible en allemand et en français.

Chaque mois, le magazine romand générations informe, renseigne, propose et invite les seniors à de nouvelles découvertes. Alors que Pro Senectute sur deux pages fournit une palette d’offres inépuisable pour les aînés.

Mieux connaître générations.

Pro Senectute Suisse a mené, en collaboration avec l’Institut de lutte contre la criminalité économique (ILCE) de la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel (ILCE, HEG Arc), une étude représentative sur l’ampleur des abus financiers chez les personnes âgées de 55 ans et plus.

Vous trouverez de plus amples informations sur l’étude « Abus financiers » ici.

Le passage du troisième âge (agilité) au quatrième âge (fragilité) est peu étudié. En collaboration avec la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest, nous examinons les facteurs favorisant la vulnérabilité des aînés.

Cliquez ici pour obtenir davantage d’informations sur l’étude «Agile, puis fragile».

Les personnes intéressées peuvent obtenir une synthèse en italien. L’intégralité de l’étude est disponible en allemand et en français.

Nous avons chargé l’Université de Zurich d’étudier l’utilisation d’Internet par les générations les plus âgées. Conclusion: depuis 2010, la présence des seniors sur le Web a augmenté de 47%. Un tiers de cette population possède une tablette ou un smartphone. Les seniors connectés se sentent socialement mieux intégrés. A moyen terme, les autres risquent d’être exclus de l’information diffusée par les autorités et les organismes de prévention.

Cliquez ici pour obtenir davantage d’informations sur l’étude «Les seniors et Internet»

L’étude n’est actuellement disponible qu’en allemand et en français. Nous pouvons cependant vous fournir des informations en italien sur les seniors et Internet.

En 2009, nous enquêtions sur la situation financière des retraités dans notre pays. Depuis la publication de l’étude «Vivre avec peu de moyens. La pauvreté des personnes âgées en Suisse», le grand public a pris conscience des difficultés de nos aînés, un problème que la sphère politique s’efforce de résoudre.

Cliquez ici pour obtenir plus d’informations sur l’étude «Vivre avec peu de moyens. La pauvreté des personnes âgées en Suisse».

Les personnes intéressées peuvent obtenir une synthèse en italien. L’intégralité de l’étude est disponible en allemand et en français.

Abus financiers

Vous avez d’autres questions

Contactez notre service médias