Conséquences de la réforme Prévoyance vieillesse 2020

Pro Senectute est favorable à la réforme, qui constitue une étape importante pour garantir les rentes actuelles et futures. Nous vous présentons ci-dessous les changements qui vous attendent en fonction de votre âge et de votre revenu.

Qu’est-ce qui va changer pour tout le monde?

  • A partir de janvier 2019, les hommes et les femmes ayant atteint l’âge de la retraite à compter du 1er janvier 2018 recevront 70 francs de rente AVS en plus par mois. Les couples toucheront pour leur part 226 francs de plus par mois au maximum.
     
  • Dès 2022, le taux de conversion de la rente du deuxième pilier passera à 6% pour toutes les personnes atteignant l’âge de la retraite, fixé à 65 ans. Ce taux sert à calculer la rente de vieillesse annuelle sur la base de la partie obligatoire du salaire (salaires compris entre 21 500 et 84 600 francs). Un taux de conversion de 6% signifie que, pour un capital de prévoyance de 100 000 francs, la rente annuelle, versée à vie, sera de 6000 francs.
  • A partir de 2021, tous les consommateurs suisses paieront 0,3 point de pourcentage (pp) de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en plus (taux normal: +0,3 pp, biens de consommation courante: +0,2 pp, hébergement: +0,1 pp).

Qu’est-ce qui change pour vous?

Juliette (75 ans) et Yves Dubois (78 ans) sont à la retraite depuis 15 ans. Yves travaillait aux CFF et Juliette était femme au foyer et mère de famille. Les Dubois reçoivent une rente de couple de l’AVS ainsi qu’une rente de la caisse de pension des CFF.

Avec la réforme:

  • Les Dubois ne sont concernés ni par la baisse du taux de conversion, ni par l’augmentation de l’âge de la retraite pour les femmes. Le couple ne touchera pas de supplément à sa rente AVS actuelle.
  • A partir de 2021, les Dubois paieront davantage de TVA. Le taux sera par exemple de 2,7% sur les denrées alimentaires, les boissons sans alcool, les livres, les journaux, les magazines et les médicaments. L’augmentation de la TVA contribuera à garantir les rentes actuelles.

Karl Hermann (75 ans) touche une rente de vieillesse ainsi que des prestations complémentaires (PC). Il a appris en lisant son journal que le supplément de 70 francs à l’AVS allait entraîner une baisse des PC.

 

Avec la réforme:

  • Rien ne changera pour Karl Hermann. Comme il avait déjà atteint l’âge de la retraite avant la date de mise en œuvre de la réforme, il ne touchera pas le supplément de 70 francs, ce qui signifie que son droit aux prestations complémentaires restera inchangé.

Les trois sœurs Müller vont bientôt atteindre l’âge de la retraite: Ruth, l’aînée, est née le 15 mars 1954, Anna le 3 mai 1955, et Liselotte, la cadette, en 1957.

 

Avec la réforme:

  • En vertu de la réglementation transitoire, Ruth Müller touchera sa rente AVS à partir du 1er juillet 2018 (elle aura alors 64 ans et 3 mois). Anna recevra la sienne à compter du 1er décembre 2019 (à 64 ans et 6 mois) et, conformément aux nouvelles dispositions, Liselotte partira à la retraite en 2022, à l’âge de 65 ans.
  • Toutes trois pourront cependant prendre une retraite anticipée. Le cas échéant, leur rente subira certes une diminution, mais moins importante qu’aujourd’hui. Le supplément de 70 francs qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 pourra de surcroît compenser une partie de la baisse.

Les frères Brassel prendront leur retraite en 2022 et 2023 respectivement. Roman est veuf, tandis que son frère Theo est marié. Tous deux auront droit à la rente AVS maximale.

 

Avec la réforme:

  • Une fois parvenu à l’âge de la retraite, Roman Brassel recevra le supplément AVS mensuel de 70 francs. Son frère Theo et son épouse Rosa recevront pour leur part un supplément de 226 francs par mois.
  • Dans les deux cas, le supplément permet d’atténuer la baisse de la rente de la caisse de pension due à l’abaissement du taux de conversion à 6%.

Berta Häberlin, vendeuse et mère d’un garçon adulte, prendra sa retraite en 2020, à l’âge de 65 ans. Elle a élevé son fils seule, sans soutien financier. Elle a travaillé pour différents employeurs, à temps partiel et sur appel. Quand elle aura 65 ans, elle touchera une rente AVS mais aura besoin de prestations complémentaires pour s’en sortir financièrement.

Avec la réforme:

  • Mme Häberlin touchera le supplément AVS de 70 francs par mois. Ce montant sera pris en compte comme revenu déterminant dans le calcul de ses PC. Sa rente AVS augmentera certes de 840 francs par an (12 x 70 francs), mais ses prestations complémentaires diminueront. Finalement, le revenu de la future retraitée restera inchangé.
  • Les prestations complémentaires continuent de financer des frais de maladie (primes, franchise) et la taxe Billag.

Urs (67 ans) et Lavinia Keller (66 ans) ont tous deux atteint l’âge de la retraite. Urs a séjourné pendant trois ans à l’étranger et a donc des lacunes de cotisations AVS. Il travaillait auparavant dans une fiduciaire et effectue aujourd’hui des mandats de comptabilité isolés et remplit des déclarations fiscales contre une petite rémunération.

Avec la réforme:

  • M. Keller paie des cotisations AVS sur ses gains annexes. Il pourra le faire jusqu’à 70 ans et combler ainsi ses lacunes.

Max Huber, qui exerce le métier d'installateur, aurait normalement pu prendre sa retraite en 2019. Mais son employeur lui a proposé de travailler trois ans de plus. Max a accepté l’offre et travaillera dorénavant à 70%.

 

Avec la réforme:

  • Pour ne pas voir son revenu baisser excessivement, Max Huber touchera 30% de sa rente AVS et 30% de sa rente LPP en 2022. Il ne recevra les 70% restants qu’à l’âge de 68 ans. Il paie certes des cotisations AVS sur son salaire entier, mais peut ainsi augmenter ses rentes AVS et LPP (pour l’AVS jusqu’à concurrence de 2350 francs, la rente maximale autorisée).

Maria et Paolo Laffranchi-Sargenti sont tous deux âgés de 62 ans. Elle exerce le métier de physiothérapeute et lui celui d’employé dans l’administration à Bellinzone. M. Laffranchi, qui souffre d’asthme, aimerait prendre une retraite anticipée. Sa femme, elle, s’imagine très bien continuer à travailler après avoir atteint l’âge légal de la retraite. Ils prévoient pour l’un d’anticiper la rente et pour l’autre de l’ajourner.

Avec la réforme:

  • M. Laffranchi pourra désormais anticiper sa rente AVS de trois ans au lieu de deux. Celle-ci subira une diminution de 11,4%. Mme Laffranchi-Sargenti décide quant à elle de continuer à travailler. Sa rente AVS sera revalorisée de 11,7% si elle ajourne son départ à la retraite de deux ans et demi, et même de 14,2% si elle travaille trois ans de plus que l’âge légal.

Stéphane Berger (58 ans), magasinier, a perdu son emploi en raison de restructurations. Malgré de très nombreuses postulations, il n’a pas réussi à retrouver du travail.

Avec la réforme:

  • M. Berger laisse son 2e pilier dans la caisse de pension de son dernier employeur. Il ne paie plus de cotisations. Il touchera une rente aux mêmes conditions que les autres employés, au plus tard quand il aura atteint 65 ans, l’âge légal de la retraite.

Manuel Isler, menuisier de formation, s’est reconverti et travaille aujourd’hui à 100% comme dessinateur en bâtiment dans un bureau d’architectes.

 

 

Avec la réforme:

  • A partir de 2021, Manuel Isler et son employeur paieront davantage de cotisations AVS (chacun 0,15 point de pourcentage de plus, ce qui fait 0,3 pp au total). Employés et employeurs financent ainsi le supplément AVS de 70 francs pour les personnes seules et de 226 francs max. pour les couples.
  • Manuel Isler faisant partie des employés de 35 à 54 ans, il versera 1 point de pourcentage de salaire en plus dans la prévoyance professionnelle (10+1%, dont la moitié à la charge de son employeur). L’augmentation des cotisations à la caisse de pension permet de compenser la baisse du taux de conversion et d’améliorer sa rente LPP.
  • Lorsqu’il aura 65 ans, Manuel Isler recevra 70 francs de rente AVS en plus par mois. S’il est marié au moment de prendre sa retraite et que sa femme a elle aussi atteint l’âge de la retraite, le couple touchera 226 francs de plus par mois au maximum grâce au supplément AVS et à l’élévation du plafond.

Bernadette Lacombe (31 ans), divorcée, a deux enfants: l’un à l’école enfantine et l’autre à l’école primaire. Elle touche une pension alimentaire de son ex-mari et occupe deux postes à temps partiel, l’un d’assistante en gestion du personnel, l’autre d’enseignante dans une école-club. Le premier lui rapporte 40 000 francs par an et le deuxième 23 000 francs.

 

 

 

Avec la réforme:

  • Grâce à ses deux postes à temps partiel, Mme Lacombe gagne un peu plus de 60 000 francs par an. Avec la réforme, la déduction de coordination diminuera pour les petits salaires et sera calculée de façon flexible en fonction du revenu (40% du salaire). Elle sera de 16 000 francs (40% de 40 000) pour son salaire d’assistante en gestion du personnel et de 14 100 francs pour son salaire d’enseignante.
  • Compte tenu de la diminution de la déduction de coordination, Mme Lacombe disposera d’un salaire assuré plus élevé et épargnera plus dans le 2e pilier.

Kevin Bucheli (29 ans) et son épouse Miranda (31 ans) exercent le métier de paysan dans l’Oberland zurichois. A 29 ans, Kevin a repris la ferme et l’exploitation laitière de ses parents, et en a profité pour passer au bio. Sa femme a créé une activité séparée: elle fabrique des glaces de la ferme, organise des séjours à la ferme et propose des fleurs à cueillir soi-même. Les Bucheli ont investi leurs économies dans la ferme. Ils ne peuvent pas effectuer un rachat volontaire dans une caisse de pension, ni pour l’instant investir dans un 3e pilier.

Avec la réforme:

  • Comme tous les indépendants, les Bucheli s’acquittent eux-mêmes de leurs cotisations AVS, AI et APG. Avec son revenu annuel de 44 800 francs, le taux de cotisation AVS pour Kevin Bucheli est de 5,9% (taux dégressifs pour les revenus inférieurs à 56 400 francs). Ce taux sera relevé de 0,25 point de pourcentage à partir de 2021, ce qui signifie que le jeune paysan devra payer 6,15% de cotisations AVS.
  • Miranda Bucheli touche un revenu de 15 000 francs. Dès 2021, son taux de cotisation AVS augmentera de 0,15 point de pourcentage, passant de 4,2 à 4,35%.
  • Les Bucheli contribuent ainsi au financement des suppléments AVS en faveur des personnes seules et des couples. La famille de paysans, qui ne cotise ni au 2e, ni au 3e pilier, profitera du supplément AVS et du relèvement du plafond des rentes pour couples.

Giuseppina Manfredo est en dernière année d’apprentissage. Elle vise une place de travail dans un cabinet dentaire à Lugano.

 

Avec la réforme:

Grâce aux nouvelles dispositions, la rente de vieillesse de Giuseppina Manfredo sera revalorisée.

  • A partir de 2021, elle devra s’acquitter d’un taux de cotisation AVS supérieur de 0,15 point de pourcentage. Employés et employeurs financent ainsi le supplément AVS de 70 francs pour les personnes seules et de 226 francs max. pour les couples.
  • Giuseppina Manfredo sera concernée par l’abaissement du taux de conversion LPP à 6%, mais pourra cotiser assez longtemps pour compenser la diminution de la rente. De 35 à 54 ans, elle devra verser 1 point de pourcentage de salaire en plus dans la prévoyance professionnelle, ce qui améliorera sa rente LPP.
  • Lorsqu’elle atteindra 65 ans, Giuseppina Manfredo touchera le supplément AVS (70 francs pour les personnes seules et 226 francs max. pour les couples).

La pérennité de la prévoyance vieillesse nous tient à cœur. C’est pourquoi nous nous engageons en faveur de la réforme Prévoyance vieillesse 2020.

Lire la suite ici