Favela olímpica

« Favela olimpica » du réalisateur Samuel Chalard est un film permettant de réfléchir sur l’action communautaire, sur les enjeux du vivre ensemble.

Critique de film par Olivier Taramarcaz
Cover du film Favela Olimpica

Le documentaire du réalisateur romand Samuel Chalard a triomphé au festival de Locarno, dans le cadre de la Semaine de la critique, section indépendante dédiée au documentaire de création.

Le premier long métrage du réalisateur porte son regard sur la destruction planifiée d’une favela avant les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, et sur l’engagement d’une communauté cherchant à préserver son espace de vie. Récit poignant reflétant la solidarité sociale de familles décidées à résister.

Une favela prise en étau

L’histoire de Vila Autódromo, une favela au cœur de Rio de Janeiro, est expropriée par la ville, afin de réaffecter la zone pour construire des infrastructures sportives. Des promoteurs immobiliers voient ce terrain comme une manne à exploiter alors que les Jeux olympiques de 2016 se préparent à grands pas. Il y a urgence du côté des politiques à contraindre les habitants à quitter le quartier. Pressions, intimidation, arrangements… C’est sans compter sur la résistance des habitants qui vivent de manière paisible dans cette Favela depuis des décennies, où toutes les générations se côtoient et s’entraident dans une attitude de bienveillance mutuelle.

Delmo, habitant de la favela

Delmo, habitant de la favela

L’humanité des plus démunis

Alors que la favela commence à être démantelée, que les trax entourent ce quartier pauvre, que la police vient en renfort défendre l’action de destruction des modestes habitats, les habitants se mobilisent, se concertent, cherchent des moyens légaux pour empêcher le démantèlement. Les histoires humbles de familles dont la vie est attachée à leur favela, seront-elles effacées, réduites au silence par la force déployée par les autorités, considérant que l’organisation des Jeux olympiques prime sur la quiétude des habitants d’un quartier ?

Désarroi devant la destruction des maisons

Désarroi devant la destruction des maisons

C’est le combat de David contre Goliath. « Favela olimpica » a nécessité plus de 100 jours de tournage. Ce film témoin est porté par des acteurs auteurs de leur vie, engagés dans une parole-réalité, sans fard, sans artifice. Ces acteurs du réel sont contraints d’affronter une logique gouvernées par des intérêts au service de pouvoirs financiers.

Le site olympique installe ses quartiers

Le site olympique installe ses quartiers

Olivier Taramarcaz, coordinateur du festival visages

Olivier Taramarcaz est coordinateur romand formation et culture de Pro Senectute Suisse et directeur artistique du Festival visages.

Le Festival Visages

Le festival visages établit des ponts à sa manière entre les habitants, sur des questions sociales, intergénération-nelles. Enjeux de société, por­traits, histoires de vie donnent le ton, privilégiant la proximité, la convivialité, le souci de l’autre.

Weitere Rezensionen

Verschaffen Sie sich einen Überblick über unsere bisherigen Rezensionen.